Profession

La France fait la promotion de l’urbanisme et de l’architecture durables dans l’Empire du milieu

Mots clés : Architecture - Démarche environnementale - Urbanisme - aménagement urbain

Invité par le service du développement durable de l’Ambassade de France en Chine, Renaud Barrès, le directeur du CAUE de l’Aude, a donné des conférences à Pékin et à Wuhan pour expliquer l’architecture bioclimatique et l’outil CAUE. Il inaugure un cycle de conférences sur le savoir faire français en urbanisme et architecture durables.

Le 9 mars à Toulouse, en amont d’une conférence sur Le Corbusier dont il est un spécialiste, Renaud Barrès, directeur du CAUE de l’Aude, a raconté son séjour en Chine du 9 au 13 février. Invité par le service de développement durable de l’ambassade de France, il a inauguré un cycle de conférences sur le savoir faire français en urbanisme et architecture durables. L’architecte Alain Moatti prendra sa suite pour raconter son projet de rénovation du premier étage de la Tour Eiffel.

L’objectif de l’ambassade de France est aussi de montrer les outils en France pour porter l’architecture et l’urbanisme. «Recommandé par la fédération nationale des CAUE de France, j’avais aussi pour mission d’expliquer le rôle de «l’outil CAUE» pour encadrer la qualité des constructions architecturales et des aménagements, à la fois urbains et paysagers.», raconte-t-il. «La fédération a pensé à nous car nous faisons partie des premiers CAUE à avoir abordé le bioclimatique. D’ailleurs, nous faisons circuler actuellement une exposition créée en 1980 et baptisée «Vivre et construire avec le climat». Nous faisons aussi partie des 16 CAUE en France à disposer d’un espace Info Energie», raconte Renaud Barrès. «Quel que soit l’avenir des CAUE, l’ambassade de France a estimé qu’il était intéressant de montrer un outil qui fasse le lien entre le décideur et l’habitant», poursuit-il.

 

Bioclimatique

 

Il a illustré ses propos par différents exemples de constructions publiques bioclimatiques, telle que la Maison de l’Architecture et de l’Environnement à Carcassonne réalisée sous maîtrise d’ouvrage du conseil général de l’Aude par les architectes Perris & Perris.

Son séjour dans l’Empire du milieu, du 9 au 13 février, s’inscrit dans le cadre d’un partenariat initié par le gouvernement français qui a, notamment, créé le pôle d’échange de savoir-faire en urbanisme à Wuhan, ville de 10 millions d’habitants, à 1200 km sud de Pékin. Une étude d’écoquartier par des professionnels français pilotée par Martine Aubry est actuellement au stade du diagnostic. Ce projet répond à la politique du gouvernement chinois de créer des pôles d’équilibre ailleurs qu’à Pékin ou Shanghai. En 2025, Wuhan aura doublé sa population.

Après deux jours passés à Wuhan à donner plusieurs conférences à la Wuhan-Central China Building Design Institute, Renaud Barrès a passé deux autres jours à Pékin. Dans la capitale de l’Empire du milieu, il a été invité par l’Institut français, puis a rencontré les services d’urbanisme et de planification de la municipalité au Beijing Institute of Architectural Design (BIAD). «J’ai rencontré une forte écoute des étudiants en urbanisme et des professionnels, mais aussi des élus et de la presse sur le «bioclimatique», une approche durable de l’architecture et de l’urbanisme peu connue et encore moins développée en Chine», témoigne-t-il.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X