Entreprises de BTP

La France en tête du classement 2014 des acteurs de la construction en Europe

Mots clés : Entreprise du BTP

Deloitte a publié lundi 20 juillet la 12e édition de son étude annuelle « European Powers of Construction » (EPoC) qui dresse un état des lieux du marché de la construction en Europe et présente le classement des principaux groupes cotés de ce secteur sur la base des comptes 2014. Vinci (1er), Bouygues (3e) et Eiffage (5e), placent la France en tête de ce classement.

L’industrie de la construction en Europe sort de la récession après 5 ans de contraction continue du marché. En 2014, elle a une croissance modérée de 0,8% soit un total de 1 370 milliards d’euros d’investissements. Et selon les prédictions de la Commission Européenne, cette tendance devrait se poursuivre  pour atteindre 2,1% en 2015 et 3,5% en 2016.

Depuis 2012, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni représentent les pays où le marché de la construction est le plus important d’Europe avec 54% des investissements totaux. Alors qu’en France, les investissements restent stables (250 milliards d’euros) depuis 2011, les chiffres de l’Allemagne (292 milliards d’euros) et le Royaume-Uni (200 milliards), ont augmenté respectivement de 14% et 33%. En revanche, l’Espagne a réduit ses investissements de presque 34% depuis 2011 et 50% depuis 2007. Elle place cependant 6 entreprises dans le 12e classement annuel des « European Powers of Construction » (EPoC), groupes de construction cotés, du cabinet Deloitte, établi sur la base des comptes 2014 et publié le 20 juillet.

 

Les groupes français en tête du classement

 

La France reste en tête de ce classement. Car bien que leur chiffre d’affaires cumulé -plus de 85 milliards d’euros- soit en baisse de 2% par rapport à 2013, trois entreprises françaises se hissent parmi les 5 premières. Vinci, Bouygues et Eiffage occupent respectivement la première, la troisième et la cinquième place. Les deux groupes étrangers qui se placent aux premiers rangs sont le groupe espagnol ACS (2e) et le groupe suédois Skanska (4e).

Les groupes français restent également en tête du classement par leur capitalisation boursière, alors que le marché français de la construction est soumis à une conjoncture plus difficile que dans les autres pays d’Europe.

« Le marché de la construction reste difficile en France, avec notamment la réduction des investissements des collectivités locales. A contrario, au niveau mondial, les besoins en infrastructures sont considérables et ceci constitue une très belle opportunité de croissance pour les groupes de construction  », commente Marc de Villartay, associé spécialiste de la Construction chez Deloitte.

 

Consulter l’intégralité de l’étude (en anglais)

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X