Entreprises de BTP

La FFB Grand Paris s’attaque au projet de reconquête des berges de Seine

Mots clés : Aménagement paysager - Établissements pénitentiaires et judiciaires - Jurisprudence - Ouvrage d'art

Les travaux d’aménagement des berges de Seine rive gauche démarrent. Les quais bas entre le pont Royal et le pont de l’Alma sont désormais définitivement fermés à la circulation. Opposée à ce projet, la FFB Grand Paris associée au Medef Ile-de-France et à la CGPME Paris a déposé un recours devant le tribunal administratif qui devrait de prononcer le 7 février.

Le 28 janvier 2013,  la Ville de Paris a fermé la voie express  rive gauche entre le pont Royal et le pont de l’Alma (VIIe arrondissement). Définitivement. Les quais bas, désormais interdits aux véhicules motorisés, excepté pour l’entretien, les secours et les livraisons, vont être transformés en une vaste promenade de 2,3 km de long (4,5 ha au total) proposant des  activités artistiques, sportives, des points de restauration… Sans attendre, les travaux ont démarré en vue d’une ouverture au public au printemps prochain (avril ou mai).

 

Report de trafic

 

Jusqu’alors le trafic sur les quais bas rive gauche était estimé à 30000 véhicules par jour, dont 2000 aux heures de pointe. Le report de ce trafic, en particulier sur les quais hauts où quelques travaux ont été réalisés afin de préparer les nouvelles conditions de circulation, fait craindre à certains des embouteillages qui ne vont pas manquer de peser sur l’activité économique. C’est notamment le cas de la FFB Grand Paris, opposée dès le départ à la reconquête des voies sur berges. La fédération présidée par Michel Sénéchal considère en effet que ce projet ne prend pas en compte la totalité des impacts potentiels sur les entreprises du bâtiment d’Ile-de-France, et qu’en particulier l’impact du report de trafic sur les autres axes a été sous-estimé. Avec la CGPME Paris et le Medef Ile-de-France, elle a d’ailleurs déposé un recours contre la délibération de la Ville de Paris de décembre 2011 déclarant ce projet d’intérêt général.  Le tribunal administratif de Paris devrait se prononcer le 7 février.

 

Influence directe sur l’économie des chantiers

 

En juin 2012, la FFB Grand Paris avait réalisé une enquête auprès de ses entreprises adhérentes  sur le projet de reconquête des voies sur berges. Les entrepreneurs interrogés rendaient les différents aménagements de la voirie parisienne responsables de l’augmentation de 30% des temps de transport qu’ils subissent.  « Les problématiques de circulation et de stationnement ont une influence directe sur l’économie des chantiers puisque cela rentre dans les charges internes de l’entreprise. Cette mesure risque donc d’accroître encore le coût des travaux des chantiers parisiens », estimait alors la FFB Grand Paris.   

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X