Aménagement

La FFB Grand Paris opposée à la piétonisation des berges de la rive droite de la Seine

Mots clés :

Aménagement du territoire

-

Aménagement paysager

Le projet d’aménagement des berges en rive droite de Seine présenté le 5 mai par Anne Hidalgo ne fait pas que des heureux. A commencer par la FFB Grand Paris qui estime que la mairie de Paris n’a pas pris en compte «les conséquences désastreuses» d’un tel projet sur l’activité économique et déplore le manque de concertation.

Dans un communiqué publié le 11 mai, la Fédération française du bâtiment (FFB) Grand Paris «s’insurge» contre le projet de réaménagement des berges de la Seine rive droite, dévoilé le 5 mai par la maire de Paris, Anne Hidalgo. Deux scénarios, qui seront soumis à concertation à partir du mois de juin, sont envisagés: fermeture à la circulation automobile du tronçon central de la voie Georges-Pompidou sur 1,5 km, entre la place du Châtelet et le Pont de Sully ou sur 3,3 km, du tunnel des Tuileries au port de l’Arsenal. Cette piétonisation des quais bas pourrait être mise en œuvre dès l’été 2016.

 

Renchérissement du coût des chantiers parisiens

 

Selon la FFB, ce projet augmenterait de manière conséquente les problèmes de circulation sur les autres axes. «Or, fait-elle valoir, les problématiques de circulation ont une influence directe sur les délais de réalisation des chantiers et augmentent les charges internes de l’entreprise. Cette nouvelle mesure risque donc d’accroître encore le coût des travaux des chantiers parisiens.»

Autre argument avancé par la FFB Grand Paris: «Les problèmes de circulation réduisent également le nombre d’interventions par jour chez les particuliers pour des corps de métier tels que les plombiers ou les électriciens.» Conséquence: «La baisse du chiffre d’affaires des entreprises et l’augmentation des coûts des travaux fragiliseraient les emplois.»

En conclusion, la FFB Grand Paris s’interroge «sur la volonté de la mairie de Paris de garder la capitale de la France comme zone économique et regrette que la mise en place d’infrastructures adaptées ne précède pas des projets urbains tels que celui-ci.»

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X