L'Actu

La faillite de Worldcom ne menace pas l’Internet

La faillite de Worldcom et même un éventuel arrêt de ses opérations ne menacent en rien la circulation de données sur internet parce qu’il y a assez de fournisseurs et de capacité disponible, a assuré jeudi 1er août 2002 le directeur technique de l’opérateur de télécoms AT&T, Hossein Eslambolchi, dans un communiqué.
« C’est un mythe de croire que la circulation sur l’internet est en danger parce qu’il dépend d’un seul fournisseur », a dit Hossein Eslambolchi.
« Nombre des inquiétudes exprimées ces dernières semaines sont exagérées, parce que nous pensons que le niveau de données transportées par Worldcom sur le réseau n’est pas aussi élevé que ce qui a parfois été dit par certaines sources », a-t-il ajouté.

WorldCom, qui contrôlerait près de la moitié du trafic internet mondial selon certaines sources, exploite par l’intermédiaire de sa filiale UUNet, un élément d’infrastructure majeur pour le réseau international.
Le 25 juin 2002, Worldcom a avoué avoir découvert des malversations comptables pour un montant sans précédent de 3,8 milliards de dollars. Le groupe avait simplement fait passer des dépenses ordinaires en dépenses d’investissement, ce qui a artificiellement gonflé les résultats financiers du groupe. Il a depuis fait faillite, la plus importante de l’histoire des Etats-Unis.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X