Paysage

La fabrique fertile, championne de Jardins, Jardin 2017

Mots clés : Entreprise du BTP

La « fabrique fertile » a remporté le prix de la création paysagère – Trophée Daum – le 1er juin au 14ème salon Jardins, Jardin, au parc des Tuileries. Avant le jury de cette compétition de jardins éphémères, le concept a séduit le groupe Bouygues, qui l’a adopté dans l’immeuble Challenger, son siège social de Guyancourt (Yvelines).

Du bureau fertile de 2014 à la fabrique fertile de 2017 en passant par l’entreprise fertile de 2015, les Jardins de Gally n’ont pas cessé d’enrichir leur concept : à côté de l’espace de travail extérieur immergé dans la verdure sous une serre ajourée, un véritable jardin extérieur propose désormais une mini-promenade, avec sa déambulation sinueuse. Béatrice Gary, directrice artistique du bureau d’études de 12 personnes intégrée à l’entreprise de paysage, souligne l’engagement collectif qui a permis la maturation de l’idée et du marché des espaces de travail au vert, plébiscités par les jeunes diplômés. « Trois types de porosité se répartissent le périmètre de la fabrique : un mur opaque et enherbé, une ouverture complète et des filtres végétaux », détaille la paysagiste conceptrice.

 

Harmonie des contraires

 

Un contraste plus saisissant encore oppose les deux faces du mur : une fresque de Street-Art signée Yakes, à l’extérieur, s’oppose à la tenture végétale intérieure. Manifeste pour le travail au vert et déclinaison de la nature en ville, thème de l’édition 2017 de Jardins-Jardin, la fabrique compose un micro-îlot urbain qui a remporté l’adhésion du jury de la compétition annuelle de jardins éphémères : l’oeuvre des Jardins de Gally a décroché le prix de la création paysagère – trophée Daum, devant Low Impact (Fabien Cuny et Thierry Danet) et Ciel Mon Jardin (Solenn Moquet et Pierre-Alexandre Risser).

« La maturation du concept s’appuie sur la compétence de paysage intérieur, inscrite depuis toujours dans les gènes de l’entreprise », explique Béatrice Gary. Sur ces racines, les concepteurs ont greffé les demandes récentes des salariés urbains, comme la production nourricière ou l’esthétique tropicale. L’harmonie des contrastes, qui frappe le visiteur au premier coup d’œil, se confirme dans la décoration intérieure, où le design cohabite avec le bricolage, la création avec le recyclage : au bureau conçu par Kinaarps avec ses plateaux de bois qui alternent avec des bassins plantés, s’opposent les tabourets en palettes recyclées et les anciens pots de fleur qui structurent l’une des parois filtrantes. Le lieu de travail connecté s’oppose à l’invitation à la déconnexion exprimée par le jardin mitoyen.

 

Gommage des frontières

 

La conception collective et l’approfondissement dans la durée renouvellent la marque de fabrique des Jardins de Gally : parmi les leaders français du paysage, ce groupe se distingue par la multiplicité de ses spécialités, de la conception à l’entretien en passant par la réalisation, de la décoration à production nourricière… Ces compétences multiples lui donnent les moyens de réaliser le rêve de tant d’architectes : gommer les frontières entre l’intérieur et l’extérieur.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X