Energie

La démarche négaWatt fait des émules en région

Inspirées du scénario énergétique 2011-2050 de négaWatt, plusieurs associations régionales se sont lancées à leur tour dans l’étude chiffrée de scénario de transition énergétique et climatique. Exemple dans les Pays de la Loire.

Après les associations négaWatt, Solagro, Virage Energie-Climat Nord-Pas-de-Calais, c’est au tour de Virage Energie-Climat Pays de la Loire de publier son scénario citoyen. « Nous entretenons des connexions privilégiées avec toutes ces associations et d’autres, notamment en Bretagne » expliquent les membres de cette association créée fin 2009. Solagro a ainsi appliqué une régionalisation de son scénario national « Afterres 2050 » à la région Pays de la Loire, ce qui a fourni la trame agronomique et énergétique au chapitre agricole.

Soutenue financièrement par le Conseil régional,  Virage Energie-Climat Pays de la Loire rapproché de bureaux d’études, dont Indiggo, pour étayer ses hypothèses. Les besoins en énergie pour le chauffage, les déplacements et l’électricité des Pays de la Loire en 2050 ont donc été estimés, après application des mesures de descente énergétique préconisées par Virage Énergie-Climat. Le potentiel régional de production d’énergie finale renouvelable a été évalué, en prenant en compte l’intermittence de certaines énergies renouvelables et les pertes d’énergie.

« La comparaison par usage des besoins régionaux avec le potentiel d’énergie finale renouvelable montre que tous les besoins énergétiques des Pays de la Loire pourraient être couverts par des énergies renouvelables (ENR), produites sur le territoire régional en 2046 » conclu l’association.

La région pourrait même devenir exportatrice nette d’électricité renouvelable, à partir de 2047 contribuer à alimenter d’autres régions fortement consommatrices, mais au potentiel de production d’ENR limité comme l’Île-de-France.

Ce scénario aboutit à une réduction globale des émissions de GES des Pays de la Loire de 80 % en 2050. « Il permet d’aller au-delà de l’obligation légale de diminution de 75 % des émissions de GES en 2050, inscrite dans la loi sur l’énergie de 2005, et de contribuer de façon exemplaire à limiter le dérèglement climatique » affirme l’association qui, au-delà des chiffres, vise à diffuser la culture énergie/climat et participer au débat public.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X