Vie de l'entreprise

La CPME présente « son » compte pénibilité

Mots clés : Hygiène et sécurité du travail - Travail

Selon son président, François Asselin, ce nouveau dispositif permettrait de « sortir par le haut » du compte mis en place en 2015. Il propose notamment de sortir la comptabilisation des points pénibilité  du champ de responsabilité de l’entrepreneur.

Pour remplacer l’actuel compte pénibilité, tant décrié notamment par les entrepreneurs du bâtiment, la CPME a présenté présenté mardi 27 juin un nouveau dispositif. Il reposerait sur plusieurs principes forts, à même de rassurer les entreprises du secteur.

D’abord, « une solidarité financière entre toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité ». Actuellement, le dispositif est financé par deux taxes, dont l’une est déjà acquittée par toutes les entreprises.

Ensuite, à rebours des textes de loi qui ont imposé une liste de métiers concernés, la CPME souhaite que ce soit la branche qui décide quels métiers sont exposés aux critères pénibilité. « A partir du moment où on exerce tel ou tel métier, on est concerné par le dispositif », a expliqué François Asselin, président de la CPME. Le salarié bénéficierait d’une visite médicale « spécifique métier pénible » à partir d’un certain âge. Le médecin du travail pourrait alors déclencher les points, selon une autre source CPME.

Plus important sans doute, la CPME propose de sortir la comptabilisation des points pénibilité « du champ de responsabilité de l’entrepreneur ». Une comptabilisation extrêmement compliquée à mettre en oeuvre dans le BTP, les ouvriers étant souvent « multi-tâches », et demandant une organisation administrative que les petites entreprises, majoritaires dans le secteur ne possèdent pas. Ainsi, seulement « 1,5% des entreprises de moins de 11 salariés ont activé un compte pénibilité », a rappelé François Asselin.

Mais alors, qui comptabiliserait ces points pénibilité? Cela reste à définir, a déclaré François Asselin, évoquant le médecin du travail ou la Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat).

Enfin, la CPME souhaite que ce compte soit rebaptisé: « Je pense que c’est une erreur psychologique majeure d’associer un nom aussi négatif à une valeur aussi positive que le travail ».

François Asselin a assuré avoir rencontré Laurent Berger, numéro un de la CFDT, et appelé Jean-Claude Mailly (FO) au sujet de ce nouveau dispositif: « nous sommes sur la même ligne que la CFDT, que FO », a-t-il dit. De son côté, le Medef n’a pas commenté, mais son président Pierre Gattaz avait appelé mi-juin à « arrêter le compteur » du compte pénibilité et à « refonder » le système.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X