Réalisations

La Cité de l’Abbaye à Grenoble, menacée de démolition

Mots clés : Conservation du patrimoine

Construite dans l’entre-deux guerres, cette cité HBM – pourtant labellisée au titre du «Patrimoine du XXe siècle» – est promise aux démolisseurs…

Cet ensemble d’habitations a été construit à Grenoble durant l’entre-deux-guerres. La Cité de l’Abbaye (1931, Fonne & Rochas, architectes) est un HBM, un des derniers exemples grenoblois de cité ouvrière non défiguré. Le maire de Grenoble, Eric Piolle (EELV), vient d’en décider la démolition… contre l’avis de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), en dépit d’une labellisation au titre du «Patrimoine du XXe siècle» depuis 2004 et alors que la ville postule au titre de «Ville d’art et d’histoire» et promeut l’idée d’une ville durable… Trois immeubles sur quinze sont déjà visés par un permis de démolition.

C’est en 1921, que la municipalité socialiste de Paul Mistral répond aux problèmes de logement des ouvriers en créant l’un des premiers Offices publics des Habitations à Bon Marché (OPHBM). Son souhait est de créer un habitat dans lequel soient respectés «le goût de l’hygiène et de l’esthétique, l’art architectural et celui de l’urbaniste». Après la cité-jardin du Rondeau (1921-1924) et la cité de La Capuche (1922-1925) et avant celle des Abattoirs (1930-1935), l’Abbaye accueille en 1929-1931 un ensemble de quinze immeubles sur quatre niveaux, répartis en trois îlots enserrant une placette arborée.

Ces trois îlots constituent un ensemble aux proportions harmonieuses, au style architectural rehaussé d’un décor discret des années 1930. Les entrées d’immeubles aux portes en chêne sont surmontées du blason de la ville, les fenêtres éclairent largement de spacieuses cages d’escaliers aux rampes élégantes, donnant d’emblée une qualité remarquable dans un type d’habitat peu coutumier de cette recherche esthétique. Les études patrimoniales et techniques montrent que la réhabilitation est possible. La structure du bâti le permet et sa qualité architecturale amène à la souhaiter.

Le Collectif pour la sauvegarde de la Cité de l’Abbaye à Grenoble demande la réhabilitation de la Cité dans son intégralité.

Une pétition est lancée en ligne.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    le fric

    juste pour que des promoteurs se fassent du fric, tout est vraiment pourri jusqu’à la moelle, c’est honteux
    Signaler un abus
  • - Le

    integration contemporaine

    Il serait souhaitable qu’au moins un ou plusieurs bâtiments soit conservés et réhabilités afin de recevoir un service public, peut être un ilot pour faire sens. Le reste du projet devrait y faire écho avec une architecture originale et contemporaine. Attention aux immeubles d’habitation qui poussent un peu partout sans identité propre et sans ancrage urbain. C’est ici l’occasion de s’inspirer de l’histoire pour proposer une œuvre singulière.
    Signaler un abus
  • - Le

    les raisons qui poussent à ne pas respecter la labellisation ?

    Par quoi le groupe d’immeubles va-t-il être remplacé ? Car lorsque l’on donne le permis de démolir à certains c’est afin de créer un précédent et de tout raser. Si c’est juste pour remplacer, çà ne veut rien dire. Avec les outils informatiques, il est facile de faire des projections/intégration à ce qui existe (neuf + réhabilitation). C’est une vue plus intelligente.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X