Economie

La carte de France des artisans du BTP : leurs bastions, leurs terres de conquête

Mots clés : Artisanat - Entreprise du BTP

Alors qu’en Corse-du-Sud, on compte plus de 150 entreprises artisanales évoluant dans le secteur de la construction pour 10 000 habitants, elles sont seulement 38 dans le Nord. Une réalité qui évolue selon les métiers. Tour de France en sept cartes.

Les artisans du bâtiment auraient-ils un faible pour le Sud de la France ? Voire même un tropisme corse ? Sur l’Île de Beauté, le nombre d’entreprises artisanales au 1er janvier 2013 oscille entre 2 350 en Corse-du-Sud et 2 550 en Haute-Corse, selon l’Insee. Des chiffres certes très modestes lorsqu’on les compare à des départements urbains comme Paris (plus de 17 000).

Cliquez sur un département pour lire les informations

Cependant, rapportés à la population locale, les artisans corses du BTP donnent l’impression de se marcher sur les pieds. Avec respectivement 157 et 147 entreprises artisanales pour 10 000 habitants, les départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse sont les mieux pourvus de tout l’Hexagone. Ils sont suivis par la Guadeloupe (138), les Alpes-Maritimes (129) et le Var (120). La Méditerranée semble décidément dotée d’un fort pouvoir d’attraction sur les artisans.

A l’inverse, la moitié nord de la France apparait bien moins riche en artisans. Plus on s’éloigne de la Méditerranée pour se rapprocher de la Manche, moins les entreprises artisanales de la construction sont nombreuses. C’est même dans le Nord et dans le Pas-de-Calais que l’on trouve la plus faible densité d’artisans du BTP : moins de 39 entreprises pour 10 000 habitants.

 

Maçons

 

Le département le plus riche de France est aussi celui qui est le moins bien loti en maçons. Dans les Hauts-de-Seine, on ne dénombre que 5,2 entreprises artisanales de maçonnerie pour 10 000 habitants. Bien loin des 74 artisans maçons recensés pour 10 000 habitants en Corse-du-Sud.

 

 

Peintres et plâtriers

 

Visiblement, les artisans des Alpes-Maritimes se sont fait une spécialité de la peinture et du plâtre. Au premier janvier 2013, l’Insee recensait dans ce département 31,5 plâtriers et peintres pour 10 000 habitants. Encore une fois, il faut chercher bien plus au nord pour trouver les terres désertées par ces artisans. En l’occurrence, c’est dans la Somme que la densité de de peintres et de plâtriers est la plus faible : 7,1 entreprises artisanales pour 10 000 habitants. Le département picard est suivi de près par la Guyane et ses 7,2 peintres et plâtriers pour 10 000 habitants.

 

 

Menuisiers, charpentiers et serruriers

 

De Bayonne à Evian, une large bande du territoire hexagonal constitue visiblement une terre d’élection pour les artisans menuisiers, charpentiers et serruriers. Dans les Alpes, la densité de ces artisans atteint les sommets (28 pour 10 000 habitants en Savoie, 26,5 dans les Hautes-Alpes et 24,1 en Haute-Savoir Savoie). Les départements du Lot (25,4), du Gers (24) et des Hautes-Pyrénées (22) présentent aussi une forte concentration de ces artisans.

 

Plombiers, chauffagistes et couvreurs

 

Visiblement, le climat influe peu sur la présence de plombiers, chauffagistes et couvreurs sur un territoire. La part de ces professionnels est sensiblement la même dans le Nord, les Deux-Sèvres, le Haut-Rhin et la Guyane : autour de 10 artisans pour 10 000 habitants. Les endroits les mieux pourvus restent cependant les bords de la Méditerranée et le Midi de la France.

 

Electriciens

 

Le Grand Ouest et le Nord de la France ressemblent, selon cette carte, à des déserts d’électriciens. Le nombre de ces artisans pour 10 000 habitants tombe à 7 en Mayenne et 6,8 dans le Nord. A l’autre extrémité du spectre, les Alpes-Maritimes frôle les 22% et la Guadeloupe les 24%. Et encore, c’est sans parler de la Corse.

 

Entreprises générales du bâtiment

 

Les entreprises générales du bâtiment ne sont pas légions parmi les artisans. Et elles sont particulièrement mal réparties sur le territoire. Les départements d’Outre-mer et la région parisienne semblent s’en être fait une spécialité. A Paris, l’Insee dénombre même près de 26 entreprises générales sous forme artisanales pour 10 000 habitants, un record absolu. Dans les Ardennes, le Cantal, l’Indre-et-Loire, le Maine-et-Loire et le Territoire de Belfort en compte quant à eux moins de deux…

 

En savoir plus

Ces chiffres témoignent de l’état des lieux, dressé par l’Insee, au 1er janvier 2013. Ils sont issus du Répertoire des entreprises et établissements (REE, Sirene), selon lequel « une entreprise est considérée comme artisanale si elle est inscrite à la Chambre des Métiers ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X