Entreprises de BTP

La Caisse des dépôts renforce sa position dans Eiffage… et Millau

Le groupe de BTP Eiffage, confronté à la montée progressive dans son capital du groupe espagnol Sacyr Vallehermoso, a annoncé mardi que la Caisse des dépôts avait pris 3% de son capital et pourrait prendre 35% du viaduc de Millau.

« La Caisse des dépôts a informé Eiffage qu’elle détenait, à ce jour, 3% de son capital », indique le communiqué. De source proche du dossier, on a souligné que la Caisse pourrait encore monter au capital du groupe de BTP.
Eiffage indique par ailleurs avoir engagé des négociations avec la Caisse des dépôts en vue d’une prise de participation de 35% de cette dernière dans la Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau (Aveyron), « sous réserve de l’accord de l’Etat concédant ».
Interrogée, la Caisse n’a pas précisé le montant de ces deux investissements.

Ces négociations « s’inscrivent dans la stratégie de valorisation par Eiffage de son portefeuille de concessions », explique le groupe de BTP, concessionnaire du viaduc de Millau. Le groupe souhaite ainsi « dégager des ressources pour son développement dans ses différents métiers, y compris l’acquisition de nouvelles concessions ».

La Caisse des dépôts a indiqué de son côté à l’AFP qu’elle voulait « renforcer ses investissements dans les infrastructures », en rappelant qu’elle avait été en concurrence avec Eiffage lors de la privatisation de la société d’autoroutes APRR (Société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône), remportée par Eiffage.
Elle a souligné que le viaduc de Millau était un « investissement emblématique ».

Ces discussions « confortent un partenariat initié depuis plusieurs années entre Eiffage et la Caisse des dépôts », a aussi affirmé Eiffage. La Caisse a assuré de son côté vouloir développer son « partenariat » avec Eiffage.
Les deux groupes ont déjà des partenariats, notamment dans le tunnel Prado-Carénage (en service depuis 1993) et la concession Norscut au Portugal (contrat signé en 2000 pour 155 km d’autoroute), a précisé la Caisse.
Eiffage est actuellement confronté à la montée progressive dans son capital du groupe espagnol Sacyr Vallehermoso, qui contrôle un peu plus de 10%, tout en assurant ne pas avoir d’intention hostile mais souhaiter continuer sa progression.
Eiffage a considéré que cette montée au capital ne prenait pas l’allure d’une « coopération équilibrée ».
Avant cette arrivée surprise au capital d’Eiffage, son PDG Jean-François Roverato n’avait pas fait mystère de ses intentions de séduire de nouveaux actionnaires, en évoquant la Caisse des dépôts.

Focus

Repères


Le financier belge Albert Frère a annoncé la semaine dernière avoir pris une participation de 6,1% dans le capital d’Eiffage. Le flou demeure sur ses intentions, même si certains analystes pensent qu’il vient à la rescousse du groupe français de BTP pour contrer les ambitions de Sacyr.
De son côté, le Premier ministre Dominique de Villepin avait souhaité début mars que la Caisse des dépôts puisse « augmenter significativement ses placements en actions », dans le but de consolider et de sécuriser le capital des groupes français susceptibles d’être la proie d’OPA hostiles.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X