Projets

La Bourse du Commerce de Paris abritera la collection d’art contemporain de François Pinault

La maire de Paris, Anne Hidalgo et l’homme d’affaires François Pinault ont annoncé le 27 avril la création de ce nouveau musée, qui devrait ouvrir fin 2018.

François Pinault le tient enfin son site parisien emblématique pour sa collection !

Après avoir, en 2005, abandonné l’idée de bâtir un musée d’art contemporain sur l’île Seguin en lieu et place des anciennes usines Renault à Boulogne-Billancourt, confronté à « l’enlisement administratif de l’opération d’aménagement » et à un « plan d’urbanisation de l’île et de ses abords (…) très approximatif », comme il l’expliquait dans une tribune publiée ans Le Monde, l’homme d’affaires s’était rabattu sur le Palazzo Grassi de Venise. Mais un peu plus de 10 ans plus tard, l’occasion s’est à nouveau présentée pour François Pinault d’occuper un site qui possède « un voisinage de qualité et des accès performants (…) préalables indispensables à l’attrait de tout lieu culturel », comme il l’écrivait dans sa tribune : la Bourse du Commerce dans le quartier des Halles (Ier arrondissement de la capitale).

Dans le cadre de la rationalisation et de la modernisation de ses installations immobilières, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris – Ile-de-France a en effet accepté de céder ce bâtiment remarquable des XVIIIème et XIXème siècles – dont plusieurs parties sont classées Monuments Historiques – à la Ville. En retour, Paris cèdera à la CCIR, pour l’installation de ses services, un immeuble situé au 11-13 rue Léon Jouhaux (10e).

 

Focus

Une troisième vie pour l'ancienne Halle au blé

Construit entre 1763 et 1766 par Nicolas Le Camus de Mézières pour abriter une Halle au blé, le bâtiment de la rue du Louvre a connu plusieurs rénovations : l’ajout, entre 1806 et 1813, d’une coupole à charpente métallique, premier exemple d’assemblage de fer et de fonte pour de si grandes portées en France, puis, à partir de 1885, une refonte complète menée par l’architecte Henri Blondel, pour transformer la Halle, fermée, en Bourse du Commerce, qui entraîne la destruction totale de l’élévation extérieure et la construction d’une nouvelle enveloppe, la création d’un entresol et l’adjonction d’un étage supplémentaire au pied de la coupole. Ce grand projet parisien est inauguré le 24 septembre 1889, pendant les commémorations du centenaire de la Révolution Française lors de l’Exposition Universelle.

 

Anne Hidalgo a donc « invité » François Pinault à y créer le site parisien permanent de présentation de sa collection, ce qu’il a accepté. Cet accord prendra la forme d’une concession du bâtiment d’une durée de 50 ans, soumise à redevance. L’accord prévoit que les importants travaux de restauration du bâtiment, l’aménagement du musée (environ 13 000 m2, dont 4 000 m2 de surface d’exposition prévus) et son exploitation seront intégralement pris en charge par le milliardaire breton. Le montant en est estimé, pour l’instant, à 100 millions d’euros.

François Pinault a annoncé qu’il confiera la maîtrise d’œuvre des travaux à une équipe composée de Tadao Ando (Tadao Ando Architect and Associates – TAAA), Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des Monuments Historiques, l’agence NeM – Lucie Niney et Thibault Marca, et à SETEC bâtiment. Ce nouveau musée, qui devrait ouvrir fin 2018 et dont la dénomination sera annoncée ultérieurement, consacrera sa programmation à la création contemporaine, tout comme le pôle vénitien – Palazzo Grassi, Pointe de la Douane et Teatrino – dirigé par Martin Bethenod.

« La maîtrise d’œuvre ayant été mise en place, le projet architectural sera présenté d’ici à quelques mois », a expliqué l’homme d’affaires qui s’est réjoui de voir son rêve « de constituer un réseau international dans lequel circuleront les œuvres, les propositions, les idées, les regards (…) en passe de devenir réalité ».

Au terme de la concession, ce bâtiment reviendra à la Ville de Paris, « qui souhaitera peut-être, avec mes héritiers, continuer l’aventure. J’en forme en tout cas le vœu », a annoncé François Pinault.

 

 

 

Focus

Une affaire de famille

François Pinault a tenu à associer ses enfants à ce projet, notamment son fils François-Henri. « Cette décision, je l’ai prise avec ma famille, avec mes enfants, notamment François-Henri Pinault, président de Kering », explique-t-il. « J’ai souhaité que cet engagement relève ainsi d’une démarche solidaire de plusieurs générations de membres de ma famille ».

François Pinault présidera le Conseil d’Administration du futur établissement et confiera la présidence de son Conseil d’orientation à Jean-Jacques Aillagon.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X