Projets

La base des sous-marins du port de Marseille abritera des data centers

Mots clés : Gares, aéroports - Transport maritime

Interxion, opérateur mondial de data centers, installera deux équipements dans les bassins est du port de Marseille dont un dans l’ancienne base sous-marine allemande «Martha». Investissements prévus: entre 180 et 200 millions d’euros.

Interxion, deuxième opérateur de data centers dans le monde avec 43 installations (la société conçoit, construit et gère des data centers qui accueillent les infrastructures informatiques d’utilisateurs) renforce sa présence à Marseille avec, en arrière-plan, un nouveau rôle de hub international dans les data pour la cité phocéenne.

Ce développement est permis grâce à l’arrivée de nouveaux câbles sous-marins et à la position privilégiée de Marseille pour l’accès aux marchés de l’Europe, de l’Afrique et du Moyen Orient. «Nous avons besoin d’espace d’hébergement des données informatiques de nos clients plus importants et après un premier investissement de 45 millions d’euros sur l’ancien site de SFR, avenue Salengro, nous avons choisi le port de Marseille et les bassins Est pour implanter deux nouvelles infrastructures dans les deux trois ans à venir» confirme Fabrice Coquio, le président d’Interxion France.

Les investissements en jeu sont très importants, entre 180 et 200 millions d’euros, et intéressent le BTP car ils nécessitent d’adapter des bâtiments existants à ces nouveaux usages. Les besoins énergétiques de ces data centers sont également considérables. Interxion a demandé à Enedis de mettre à disposition pour ces opérations sur le port une puissance de 80 MW.

 

Appel à projets auprès d’architectes

 

Le premier projet qui va voir le jour sur le port dans le cadre d’une convention d’occupation de 49 ans, est prévu dans les deux anciens hangars de la société Fouré Lagadec qui représentent une surface de 4 200 m2 au sol et une hauteur de 11 m sous plafond. Le permis de construire devrait être accordé sous peu et avant d’installer salles informatiques et salles blanches, Interxion va doubler la surface disponible pour la porter à 8 400 m2 en construisant une dalle intermédiaire en béton pouvant supporter deux tonnes au mètre carré. Le projet a été confié à Bouygues Energies Services et Brezillon. L’architecte est Emmanuel Kuhn. Une partie des façades sera dotée de vitrages photovoltaïques pour produire de l’énergie.

«Pour la base sous-marine, nous avons lancé un appel à projets auprès de plusieurs architectes internationaux car la transformation de ce bâtiment est à la fois complexe et totalement inhabituelle» détaille Fabrice Coquio. Construite entre 1943 et 1944, la base est en effet un ouvrage monumental: 250 m de long, 17 m de hauteur, 9 000 m2 de surface, 16 alvéoles permettant d’accueillir 20 sous-marins et, en couverture, une dalle en béton armé de 5,50 m d’épaisseur. Pour la protéger des bombardements, un jambage de 6,20 m d’épaisseur sur sa plus grande largeur avait même été réalisé.

Plusieurs mois d’études sont prévus et Interxion va conserver les alvéoles tout en aménageant également dans ce bâtiment un plancher intermédiaire à 6 m de hauteur. Les premières propositions des architectes portent sur la création de façades vitrées et végétalisées et la couverture de l’espace entre le mur de protection et les alvéoles. Les travaux pourraient s’engager à la fin 2018.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X