Emploi / Formation

L’Unicem inquiète du financement de ses centres de formation des apprentis

Mots clés : Apprentissage - Apprentissages

L’Unicem s’inquiète des conséquences de la loi relative à la formation professionnelle sur ses trois centres de formation des apprentis qui réunissent plus de 500 jeunes en apprentissage.

L’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem), dans un communiqué du 28 janvier, exprime son inquiétude quant à certaines dispositions prises par la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. Celle-ci induit en effet un changement dans la répartition de la collecte de la taxe d’apprentissage.

« Les régions arbitreront désormais l’allocation de la taxe d’apprentissage vers les différentes formations qui vont de l’apprentissage à l’enseignement supérieur, explique Patrick Pittalis, directeur de la formation au sein de l’Unicem. Aujourd’hui, les critères d’attribution de ces arbitrages ne sont pas connus, mais le risque de baisse des financements dans nos trois CFA est bien réel ».

 

L’Unicem pourrait baisser le nombre de ses apprentis en CFA

 

Jusqu’à présent, les CFA de l’Unicem percevaient environ 60% de la taxe versée par une entreprise du secteur, soit 2 millions d’euros, issus de deux des trois sources de financement (le quota d’apprentissage et le hors-quota). Les subventions régionales représentent moins d’un million d’euros. Avec la réforme, le hors quota ne peut plus être fléché vers les CFA. Le financement des CFA reposera donc désormais sur le quota d’apprentissage et sur les subventions que décideront de verser les régions.

Si les subventions régionales ne compensent pas la baisse du niveau de taxe directement perçue par les CFA, l’Unicem sera dans l’obligation de revoir l’offre proposée, d’abord en limitant le nombre d’apprentis par promotion (déjà en baisse de 7% depuis 2012) et/ou le nombre de métiers proposés.

L’Unicem dispose de trois CFA qui forment chaque année, plus de 500 jeunes en contrat d’apprentissage et contrat de professionnalisation aux différents métiers des industries de carrières et matériaux, mais aussi des travaux publics. Les jeunes préparent, en alternance, des formations aux métiers de la pierre, de la conduite d’engins ainsi qu’à la maintenance et au pilotage d’installations. Aujourd’hui 85% des apprentis trouvent un emploi durable dans les métiers à leur sortie des CFA de l’Unicem.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X