Métiers

L’UNA Serrurerie-métallerie de la Capeb présente son certificat de qualification professionnelle

Mots clés : Démarche qualité - Grand âge - Serrurerie

Composé de sept blocs de compétences, ce CQP a été pensé pour contrecarrer le vieillissement de la profession en attirant de nouveaux publics.

Des activités multiples, de la ferronnerie à la structure métallique en passant par la menuiserie et la protection solaire, mais une profession vieillissante, avec un âge moyen des salariés de 41 ans contre 39 pour l’ensemble des métiers du bâtiment et une part des moins de 25 ans de seulement 12 %. C’est le tableau que l’UNA Serrurerie-métallerie a dressé du métier, lors des Journées professionnelles de la construction qui se sont déroulées à Paris le 15 avril.

C’est pour inverser cette tendance que la Capeb a voulu créer un certificat de qualification professionnelle (CQP) propre à cette profession. Intitulé « Fabricant installateur d’ouvrages métalliques du bâtiment », il a officiellement été reconnu par la branche en décembre dernier. Ce titre équivaut à un CAP pour le salarié qui en est titulaire. Il s’articule autour d’un bloc de sept compétences : la fabrication, la mise en oeuvre, l’entretien et la maintenance, l’organisation du travail sur chantier, la sécurité, la communication au sein de l’entreprise. Le septième module se divise en trois sous-modules à choisir : portails / clôtures / mobilier / agencement, menuiserie métallique, structures métalliques.

 

Bloc de compétences

 

Ce CQP est ouvert aux jeunes, mais aussi aux salariés déjà en poste que l’employeur souhaite faire monter en compétence ainsi qu’aux adultes en reconversion professionnelle. Une perspective intéressante pour attirer dans les entreprises de serrurerie-métallerie des actifs venus d’autres horizons professionnels (chantiers navals, industrie…), qui disposent d’une culture du métal mais n’en maîtrisent pas tous les aspects qui intéressent l’artisanat du secteur.

Voulu par les professionnels, ce CQP reste sous leur contrôle, une bonne partie de l’évaluation s’effectuant en situation professionnelle réelle. Une réponse voulue par l’artisanat, pour qui envoyer ses salariés en formation à l’extérieur n’est pas toujours évident, en particulier dans un contexte où le nombre de formations obligatoires augmente d’année en année. Les blocs de compétences peuvent se valider au fil du temps, pour constituer un parcours complet d’acquisition des savoirs propres à ce métier.

Des centres de formation des apprentis (CFA) dans les Pyrénées-orientales et en Rhône-Alpes-Auvergne sont déjà parties prenantes de cette nouvelle offre de formation. La Capeb entend la déployer sur d’autres territoires, pour couvrir les besoins des entreprises artisanales du secteur.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X