Chantiers

L’ossature bois en façade parisienne

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois - Logement social - Ossature - Produits et matériaux

Pour assurer une consommation d’énergie inférieure à 50 kWh/m².an, imposée par la Ville de Paris, un immeuble R 8 de logement social s’habille d’un mur-rideau à ossature bois au parement d’aluminium.

L’immeuble de 46 logements sociaux que construit Paris Habitat, rue du Maroc (XIXe arrondissement), à Paris, est soumis au plan Climat de la Ville de Paris exigeant une consommation maximale d’énergie de 50 kWh/m².an, soit moins que le niveau du label BBC (65 kWh/m².an en zone H1a).

Les architectes Isabelle Manescau et François Marzelle (MAAST Architectes) ont choisi une forme monolithique et compacte, enveloppée d’une isolation par l’extérieur. Autour d’un noyau dur en béton sont répartis six appartements par étage, dont un traversant et trois dotés d’une double orientation. Les refends porteurs, parallèles à la façade est en pignon et au mitoyen à l’ouest, sont réalisés en béton, comme les planchers. Pour les façades non porteuses, un mur-rideau passant devant les nez de planchers constituait la meilleure solution. C’est une ossature bois qui a été retenue, pour sa légèreté et la rapidité de sa mise en œuvre.

 

Façade inclinée

 

Au-dessus d’un rez-de-chaussée en béton, la façade des niveaux R 1 à R 6, inclinée de 5°, a nécessité l’obtention d’un avis de chantier. Elle est surmontée d’une charpente traditionnelle aux niveaux R 7 et R 8.

Les panneaux de façade de hauteur d’étage et de 7 à 8 m de long, identiques à ceux des maisons à ossature bois, ont été livrés équipés d’un pare-pluie et accrochés sur des sabots métalliques fixés en nez de dalles tous les 1,20 m. Garnis de 160 mm de laine minérale, ils sont habillés de plaques de plâtre, côté intérieur, et d’un bardage en panneaux d’aluminium blanc métallisé, à l’extérieur. Des tasseaux en bois, fixés verticalement sur le pare-pluie, reçoivent les profilés métalliques horizontaux, sur lesquels viennent s’accrocher les panneaux d’aluminium.

Les menuiseries mixtes bois-aluminium sont posées dans des boîtes en bois préfabriquées, fixées en tunnel à travers la façade. « Afin d’atteindre les objectifs du plan Climat, une formation sur l’étanchéité à l’air a été dispensée aux intervenants de l’entreprise générale Brézillon et à ses sous-traitants », note l’architecte Isabelle Manescau.

Outre cette enveloppe performante, des panneaux photovoltaïques seront disposés sur le toit et leur production vendue à EDF. Le chauffage sera assuré par le réseau de chaleur CPCU.

 

Focus

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Paris Habitat OPH.
Maître d’œuvre : MAAST Architectes (François Marzelle & Isabelle Manescau).
Bureau d’études : Séchaud et Bossuyt.
Entreprise générale : Brézillon. Sous-traitant charpente : SCM.
Sous-traitant bardage : Acieco.
Coût de construction : 5,75 millions d’euros HT.
Livraison : octobre 2012.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X