Industrie/Négoce

L’international tire Loxam vers le haut

En baisse de 4,5% sur le marché intérieur, Loxam affiche cependant une progression de 1% en 2014, portée par son développement international

Parti très tôt dans un développement international, le loueur de matériels français Loxam en récolte aujourd’hui les fruits : il a réalisé 19% de ses 812 millions d’euros de chiffre d’affaires 2014 à l’étranger, un ratio en forte augmentation. « Malgré une crise durable, Loxam maintient son volume d’activité grâce à de la croissance organique et de la croissance externe à l’étranger » commente Gérard Déprez, président de Loxam. De fait le loueur est présent dans 10 pays d’Europe de l’Ouest et d’Europe du Nord, plus une implantation récente au Maroc. C’est aux Pays-Bas et au Danemark que le français dispose des meilleures parts de marché depuis deux acquisitions stratégiques, Workx et Dansk Lift. Ailleurs il bénéficie du regain d’activité en Angleterre, en Irlande, et anticipe le redémarrage de l’Espagne en y agrandissant son réseau. En 2014 ce sont 47 agences qui ont été ouvertes à l’étranger.

Parallèlement, 50 agences ont été fermées en France. Ce recentrage était devenu nécessaire depuis que le groupe avait pris la décision d’unifier les marques qui le composent, se retrouvant parfois avec deux agences dans la même ville, voire dans la même rue. Une rationalisation qui s’explique également par la faiblesse actuelle du marché français : la location y a baissé de -2 à -5 % selon les sources, et Loxam de -4,5%. A cette conjoncture morose, le loueur s’est ajouté un autre handicap : il n’a pas signé le contrat de référencement trisannuel du groupe Vinci, se retrouvant de facto exclu de la liste des fournisseurs de cet important client. Loxam fait face à cette situation avec philosophie et anticipe une année 2015 « au moins stable » malgré un secteur des travaux publics en berne. « Nous n’avons pas de gros besoins d’investissements actuellement » analyse Gérard Déprez qui va s’employer cette année à consolider sa structure et réduire son endettement.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X