Projets

L’Institut du monde arabe se prépare une cure de jouvence

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Construction d’un nouveau pavillon, rénovation des moucharabiehs, d’un espace de conférences… L’Institut du monde arabe entreprend un programme de réaménagement de 15 millions d’euros dont la maîtrise d’œuvre est confiée à l’agence DVVD.

Inauguré en 1987, l’Institut du monde arabe (IMA) n’entend pas franchir le cap des 30 ans sans s’offrir un coup de jeune. Un projet global de réaménagement du site est à l’étude, dans la plus grande discrétion jusqu’à présent. Il vise à remettre en trois ou quatre ans cette institution du 5e arrondissement au niveau des exigences actuelles. « Le public s’y sent un peu à l’étroit, reconnaît le secrétaire général David Bruckert. Le bâtiment n’est pas conçu pour recevoir un million de visiteurs par an. »

La circulation intérieure est donc totalement repensée. Un véritable accueil du public verra le jour au rez-de-chaussée, en lieu et place du café-restaurant actuel. Au sous-sol est prévu un espace de conférences qui fait défaut actuellement. Ce jeu de reconfiguration devrait aussi conduire à rassembler les espaces pédagogiques aujourd’hui dispersés dans le but de développer l’enseignement de la langue arabe.

Le changement le plus visible ne se trouvera cependant pas à l’intérieur, mais sur le parvis. Face au bâtiment principal de l’IMA, un nouveau pavillon d’un étage longera le campus de Jussieu. Il recevra l’espace de restauration actuellement situé au rez-de-chaussée, ainsi qu’un espace commercial qui complètera la librairie actuelle.

 

Un plan de financement à boucler

 

Depuis ce pavillon qui lui fait face, l’IMA offrira une façade plus agréable encore grâce à la remise en état des 240 moucharabiehs, hors d’usage depuis quelques années. Ces systèmes d’ouverture retrouveront donc leur faculté de s’ouvrir et se fermer automatiquement en fonction de la luminosité extérieure. D’inspiration orientale, ces moucharabiehs constituent l’une des singularités du bâtiment imaginé dans les années 1980 par le collectif d’architectes qui a conçu l’IMA (Jean Nouvel, Gilbert Lezenes, Pierre Soria et Architecture Studio). C’est aujourd’hui DVVD qui est en charge du nouveau projet dans sa globalité.

Estimé à 15 millions d’euros, le financement de ce programme de réaménagement n’est pas encore bouclé. « Nous contactons des partenaires, notamment arabes, indique David Bruckert. De ces capacités de financement dépend le calendrier des travaux. » Conçus pour durer trois à quatre ans sans perturber l’accueil du public sur la site, ils pourraient s’étaler sur une période plus longue si les 15 millions d’euros ne sont pas trouvés dès le départ.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    15 millions d’euros pour ce programme ambitieux! Parions pour 3 fois plus. (Maison de la Radio: 560 millions). En fait ce sont tous les aménagements intérieurs qui sont à revoir, ce bâtiment iconique a toujours mal répondu à ses fonctions au profit d’effets faciles comme la salle hypostyle inutile ou la « faille » qui complique les circulations. Et l’absence de hall d’accueil était une erreur dès le départ. Seuls les moucharabiehs apportaient un peu d’esprit à ce bâtiment à façade sinistre sur la Seine, mais contrairement à ce que dit l’article, ils ne sont pas hors d’usage depuis des années, mais depuis toujours. Bon courage à DVVD.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X