Entreprises de BTP

L’ingénierie se tourne vers ses étudiants

300 ou davantage… c’est à peu près le nombre d’étudiants des écoles d’ingénieurs qui se sont rendus à Paris jeudi 20 octobre à l’appel de Syntec-Ingénierie pour les 4èmes Rencontres de Syntec-Ingénierie.

En effet, confrontés entre autres à une pénurie de personnel qui devrait s’amplifier avec les départs annoncés de la génération du « baby boom », les professionnels de l’ingénierie se sont retrouvés à la Cité des sciences et de l’industrie pour leurs 4èmes Rencontres placées sous le signe du futur. Objectif : débattre sur « les évolutions prévisibles à l’horizon 2020 » et rencontrer en particulier leurs successeurs. Etudiants et jeunes ingénieurs se sont abondamment mêlés aux nombreux groupes de travail qui leur étaient proposés pour comprendre et exprimer leur perception des métiers de l’ingénierie. Forums et stands les ont accueillis toute la journée pour des échanges très nourris.

Favoriser les vocations vers le BTP

Dans un contexte économique qui sourit depuis plusieurs années à la profession grâce à une conjoncture favorable, au retrait de l’ingénierie publique des missions de maîtrise d’oeuvre, à la construction européenne qui étend le terrain de jeu des entreprises françaises, aux nouvelles attentes de la société en matière d’économies d’énergie, de sécurité, de développement durable…, les ingénieristes sont perçus par les étudiants comme travaillant sur des projets concrets, variés et aux défis techniques passionnants…
Et pourtant, leur discrétion ne favorise pas toujours les vocations vers le BTP au sein des écoles d’ingénieur. « L’ingénierie créée des emplois, rappelle Alain Bentejac, président de Syntec-Ingénierie, elle utilise aujourd’hui les jeunes talents dans un contexte de prise de conscience de l’importance de la recherche et de la matière grise ». « Les étudiants ont de bonnes raisons d’être optimistes si leurs ainés ne cultivent pas la morosité, ajoute Claude Martinand, vice-président du conseil général des Ponts et Chaussées, suggérant que les synergies encore faibles entre chercheurs et ingénieurs encourageront néanmoins bientôt des progrès techniques et du développement économique ». C’est d’ailleurs la volonté exprimée par François Goulard, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche devant les quelques 500 ingénieurs et maîtres d’ouvrage qui assistaient en assemblée plénière à cette journée : « il ne peut plus y avoir de formation d’ingénieurs qui ne soit pas articulée avec la recherche, car les métiers de l’ingénierie placent l’innovation au sein des entreprises… ».

Profession à géométrie variable

Et l’innovation, c’est aussi mettre en place les missions les mieux adaptées pour répondre aux nouvelles attentes des maîtres d’ouvrage. Ainsi, l’évolution de la commande publique (le partenariat public-privé par exemple), la complexité croissante des projets et leur grande variété, incitent l’ingénierie et la maîtrise d’ouvrage publique à mieux définir ses nouvelles missions. Ces 4èmes Rencontres ont été l’occasion pour Syntec-Ingénierie et le ministère de l’Equipement de publier un document intitulé « Missions d’assistance à décideur et maître d’ouvrage, terminologie et repères de pratiques » coréalisé avec l’Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF).
Un guide pratique d’application intitulé « Mission d’assistance à la maîtrise d’ouvrage » également rédigé par Syntec-Ingénierie le complète et a également été diffusé et présenté à cette occasion (voir encadré). Cette évolution vers les missions de maîtrise d’ouvrage fait jouer pleinement les compétences des ingénieurs au sein d’une profession de plus en plus à géométrie variable et qui englobe par ailleurs tous les métiers de la maîtrise d’œuvre.

Lancement du Prix national de Ingénierie

Seule ombre dans le tableau exprimée par les jeunes présents lors de ces débats : le principe de précaution et la progression de la culture du risque zéro. Claude Martinand y répond en précisant que la nécessité de suivre des questionnements ne doit pas être « bloquant pour l’innovation ». C’est d’ailleurs à cette innovation que les étudiants des 24 écoles partenaires de ces rencontres* sont appelés en répondant au « concours de l’Ingénierie du futur » organisé par Syntec-Ingénierie et qui récompensera en mai prochain les meilleurs projets innovants dans les domaines de la construction et de l’industrie face aux évolutions prévisibles (renseignement auprès de la fédération).
Et comme pour ne pas oublier les ingénieristes confirmés, c’est aussi à cette innovation de l’ingénierie que Claude Martinand veut rendre hommage en lançant, en partenariat avec « Le Moniteur », le Prix national de Ingénierie qui distinguera un ingénieur ou une équipe d’ingénieurs dans le domaine de la construction, des infrastructures ou de l’industrie. La première édition de ce prix devrait aboutir également à une remise de prix en mai 2006.
Dominique Errard

*Les écoles partenaires : Cesi, Cust, Ecl, Ecn, Egim, Enpc, Ensam, Enseeiht, Ensm de Nancy, Ensm de Saint-Etienne, Enspm, Ensta, Entpe, Esitc, Estp, Hei, Ifma, Insa de Lyon, Insa de Rennes, Insa de Strasbourg, Isba-TP, Supmeca et Utc Compiègne.

Focus

Focus

Un guide pour l'assistance à la maîtrise d'ouvrage



Qu’est-ce que l’assistance à maîtrise d’ouvrage? A qui s’adresse t-elle? Comment s’articule t-elle entre l’ingénierie publique et l’ingénierie privée? Quelles missions recouvrent-elle? Sont quelques-unes des questions auxquelles répond Syntec-Ingénierie dans « Mission d’assistance à la maîtrise d’ouvrage, guide d’application » qui vient de paraître. La complexité accrue des projets, l’intégration du développement durable, une responsabilisation accrue, de nouveaux modes de contractualisation, la recherche d’innovations… incitent les maîtres d’ouvrage à demander plus d’assistance pour des projets toujours plus complexes et coûteux. Qu’il s’agisse d’une assistance spécialisée, d’expertise ou d’une assistance générale pour manager un projet, de nombreux facteurs conduisent les maîtres d’ouvrage à consolider leur travail en recourant à l’assistance dans tous les domaines (bâtiment, infrastructure, industrie).
Renseignements auprès de Syntec-Ingénierie, tél.: 01.44.30.49.60

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X