Energie

L’ingénierie civile, l’autre creuset de l’innovation pour les éoliennes

Mots clés : Conception - Energie renouvelable - Entreprise du BTP - Établissements industriels, agricoles, ICPE - Innovations - Travaux publics

Si les turbines en haut des mâts concentrent les innovations les plus visibles concernant les éoliennes, des nouveautés techniques peuvent également se nicher dans le génie civil mis en œuvre pour la construction des fermes. C’est le crédo du spécialiste Omexom, filiale de Vinci Energies.

A l’heure de la transition énergétique, le secteur de l’éolien est attendu au tournant. Tous les efforts de la filière éolienne française convergent à l’heure actuelle vers l’objectif des 23 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique à l’horizon 2020. « Grâce au maintien du tarif de rachat de l’électricité et aux objectifs à atteindre d’ici quatre ans, nous bénéficions d’un environnement favorable au développement de nouveaux projets », affirme Olivier Monié, directeur d’Omexom, la filiale de Vinci Energies, spécialisée dans les projets de production, de transport, de transformation et de distribution d’énergie.

L’année dernière, Omexom, qui a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires d’environ deux milliards d’euros, a participé à l’installation de 20 % de la puissance éolienne en France – soit 1 700 MW –, contre 12 % en 2014. Ce sont ainsi plus de 4 GW de puissance éolienne installée qui ont été réalisés par les équipes de la marque de Vinci Energies, tant en Europe qu’en Afrique. Sur le continent africain – où la puissance éolienne installée a progressé de 58 % entre 2013 et 2014 –, le marché marocain est en plein essor, avec une capacité de 1 157 MW et 15 sites de production. Depuis plus d’un an, le royaume est devenu le premier pays producteur d’énergie d’origine éolienne d’Afrique. Omexom y a mis en œuvre près de 30 % de la puissance installée du pays.

 

« Optimiser et rationaliser les chantiers »

 

Se présentant comme « ensemblier EPC » (pour « Engineering, Procurement, Construction »), Omexom affirme pourvoir intervenir sur toutes les phases d’un projet éolien onshore, de l’ingénierie à la maintenance, en passant par l’exploitation. « Nous réalisons le génie civil, les travaux électriques (réseau inter-éolien, sous-station, contrôle commande, raccordement au réseau de distribution ou de transport), la construction et la mise en service, avec pour objectif principal d’optimiser et de rationaliser les chantiers. En anticipant les besoins de nos clients, nous pouvons mener des projets de qualité, et ce dans des délais toujours plus contraints », indique Franck Taffet, directeur commercial énergies renouvelables d’Omexom.

Dans un secteur en forte croissance, la construction de fermes – dont la moyenne se situe entre sept et 10 éoliennes – a dû s’industrialiser, en mettant notamment en œuvre, au cours des 20 dernières années, les techniques et les méthodes idoines pour réduire les coûts, respecter les calendriers et assurer une sécurité optimale des infrastructures. « Assurer le coulage d’une semelle de fondation en une seule fois, optimiser le ferraillage pour supporter des éoliennes toujours plus hautes et plus lourdes, renforcer les sols si nécessaire et gérer les voies d’accès sont des problématiques loin d’être anodines », rappelle Franck Taffet. Si les turbines en haut des mâts concentrent les innovations les plus visibles, l’ingénierie civile appliquée à l’éolien est, elle aussi, un véritable creuset pour l’innovation des parcs éoliens.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X