Environnement

L’incinération de déchets génère toujours trop de dioxines

L’incinération des ordures ménagères reste la première source d’émissions de dioxines en Ile-de-France malgré une forte diminution depuis 1990, selon une étude de l’Observatoire régional de Santé publiée mercredi.

La pollution émise par les incinérateurs est « globalement limitée comparativement aux émissions des activités urbaines et industrielles », note cette étude réalisée en collaboration avec l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France (Iaurif) pour le compte de la Préfecture de région.
Mais elle représente encore 25% des émissions totales, ajoutent dans un communiqué commun l’Observatoire régional de santé, l’Iaurif et la Préfecture.

Toutefois, une diminution de l’ordre de 90% de la quantité de dioxines issus des 19 incinérateurs franciliens est attendue en 2006, suite à l’entrée en vigueur en décembre dernier de l’arrêté ministériel de 2002 fixant un seuil d’émissions à ne pas dépasser.
« L’application de ce seuil entraînera en Ile-de-France un flux annuel de dioxines issu de l’incinération de l’ordre de 2 à 3 grammes, contre une trentaine de grammes précédemment », selon le communiqué.
En Ile-de-France, une majorité d’incinérateurs se situe en zone agglomérée dense, quelque six millions de Franciliens, soit 56% de la population, résidant à moins de cinq kilomètres d’une installation.
L’étude recommande de limiter l’augmentation des volumes incinérés afin de réduire à la source les émissions polluantes et de mettre en place une surveillance sanitaire de la population, notamment grâce au registre des cancers qui va être installé dans la région.

Focus

L'incinérateur de Poitiers non conforme


L’incinérateur de Poitiers a été arrêté mercredi, afin de pouvoir être mis en conformité avec la réglementation européenne sur les émissions de dioxines qui devait être respectée depuis fin décembre, a-t-on appris auprès de la mairie.
La réouverture est prévue pour le 15 juin.
Les travaux d’un coût de neuf millions d’euros vont débuter lundi.
Pendant les travaux, les déchets de l’agglomération de Poitiers seront enfouis dans la décharge de Saint-Sauveur, près de Châtellerault.
Saint Eloi traitait 50.000 tonnes de déchets ménagers par an, produits par les 125.000 habitants de cette collectivité.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X