Construction Numérique

«L’impression 3D peut être comparée à l’arrivée de la grue sur les chantiers», Zoubeir Lafhaj, docteur en génie civil

Mots clés : Établissements de soins - Matériel - Equipement de chantier - Travaux publics

Du mercredi 5 au vendredi 7 juillet 2017, l’école Centrale Lille organise un workshop international dédié principalement à l’impression 3D dans la construction. Seront présentes la plupart des «pointures» de ce secteur en plein développement. L’occasion pour le Moniteur de faire un point sur les avancées des techniques avec l’instigateur de ces journées, le Professeur Zoubeir Lafhaj, docteur en génie civil et en charge du chantier 4.0 du laboratoire de génie civil de l’Ecole centrale de Lille.

Concrètement où en est l’impression 3D pour la construction ?

Dans deux ans maximum des logements seront imprimés en 3D, c’est certain, ce qu’il faut désormais trouver c’est le business model et l’innovation. L’avenir de cette technique prometteuse est aussi étroitement lié au BIM, à la maquette numérique et aux matériaux qui seront développés. A titre d’exemple nous travaillons bien sûr à développer un ciment adapté et durable mais aussi sur un autre matériau. Ce qu’on peut dire c’est que les modes classiques vont rester et que ce nouveau mode constructif va permettre de faire des choses plus complexes qu’auparavant. Il va permettre d’aller là où l’homme ne peut aujourd’hui pas faire, là où il faut des outils révolutionnaires. Ainsi, certains ouvrages à Hongkong ont utilisé cette technique à des endroits où il n’était pas possible à la main-d’œuvre de travailler. On peut comparer l’imprimante 3D à la grue ou au tunnelier, tout le monde n’en a pas besoin mais l’arrivée de ces outils a permis de faire d’autres choses, comme de construire à 30 ou 40 m pour les grues.

Pourquoi l’Ecole centrale de Lille organise-t-elle ces journées internationales dédiées en grande partie à l’impression 3D pour la construction ?

Le laboratoire de génie civil de Centrale Lille a été le premier à lancer une thèse sur le sujet de l’impression 3D en construction. Thèse Cifre réalisée en partenariat avec Bouygues Construction et qui va prochainement être soutenue. Nous avons une longueur d’avance sur le sujet d’autant que nous travaillons dans une logique globale qui n’inclut pas que la technique de l’impression 3D. Nous travaillons sur aussi sur les matériaux, les «business model», le «Lean construction» et sur l’organisation du chantier dans son ensemble, qui va inévitablement s’en trouver modifiée. L’impression 3D ne percera que si elle est rentable. Notre force c’est notre vision globale.

 

 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X