Construction Numérique

L’impression 3D gagne le chantier

La révolution numérique débarque sur les chantiers. L’organisation des entreprises risque d’en être modifiée. Etat des lieux.

Stade avancé de la robotisation, l’impression en trois dimensions (3D) pourrait rapidement révolutionner les chantiers de BTP. Interrogées, la plupart des grandes entreprises générales comme Eiffage, Vinci GTM ou Spie Batignolles confient s’y intéresser. Mais Rabot Dutilleul et Bouygues sont aujourd’hui parmi les plus actifs sur ce qui pourrait transformer radicalement l’acte de construire. Un premier appel d’offres a déjà été lancé en juillet 2015 par la région Nord – Pas-de-Calais. Il concerne une construction ouverte à usage de garage à vélos de 70 à 100 m², sur le campus universitaire de Villeneuve-d’Ascq (Nord).

 

Le gros œuvre in situ par impression 3D

 

Le chantier sera conduit « par l’application de techniques de construction additive faisant suite à un partenariat d’innovation », précise l’avis n° 15-106635 d’appel public à la concurrence (www.boamp.fr/avis/pdf/15-106635). Pratiquement, le gros œuvre sera réalisé in situ par impression 3D – ou dépôt successif de couches de matériau – depuis un injecteur piloté numériquement, comme le font déjà les petites imprimantes commercialisées aujourd’hui pour réaliser des maquettes réduites en résine. Le choix de ce test réel à l’échelle 1 sur un garage à vélos se justifie par l’absence de réglementation thermique ou structurelle pour ce type de bâtiment léger et peu contraignant.

Deux soumissionnaires ont répondu positivement en respectant le cahier des charges : Rabot Dutilleul d’un côté, associé à la start‑up Constructions-3D ; de l‘autre, Bouygues Bâtiment Nord‑Est (nouvelle...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X