Droit immobilier

L’immobilier et le numérique

Mots clés : Gestion et opérations immobilières

Ubérisation ? Oui dans l’hôtellerie, les taxis, les banques, le tourisme, bientôt, dans les assurances ! Si les consommateurs s’enchantent de retrouver du pouvoir ou du vouloir d’achat, les professionnels traditionnels des marchés, eux, se retrouvent dévastés par l’effet « uber ».

Pourtant, en vrai, impossible de ne pas avoir une chambre, un lit pour dormir, un avion, une location pour séjourner, un compte, des services pour son argent, une police d’assurances pour se protéger, etc., mais ce n’est pas cela qui compte…

Dénicher la valeur

Et l’immobilier ? S’il faudra toujours au secteur un terrain, de l’énergie, des matériaux, des hommes et des biens à gérer pour prospérer, le point névralgique se situe en réalité là où se niche la valeur. Le secteur doit revoir ses modes de fonctionnement, certes, mais il doit, encore plus, éviter le piège tendu au moyen des outils technologiques (dématérialisation, plateformes, désintermédiation, etc.). Car la force de l’ubérisation, c’est de savoir proposer de nouveaux acteurs, de nouveaux services en suscitant de nouveaux usages. Son succès ne tient pas seulement au niveau des tarifs, il est surtout obtenu au prix d’une « fordisation » du processus de vente. Le principe est simple : aux acteurs traditionnels, les segments à faible valeur ajoutée et aux pros du numérique, les secteurs à fort rapport. Jusqu’à ce que les seconds prennent le contrôle des premiers.

Réinventer le marché

L’immobilier est une cible parfaite pour l’ubérisation : un chiffre d’affaires colossal et une image souvent caricaturale de ses professionnels. Pour négocier au mieux cette mutation, il ne faut pas sous-estimer le phénomène. C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison qu’une mission a été confiée en février dernier par Emmanuel Macron et Sylvia Pinel au président de Conseil national de la transaction et de la gestion immobilières (CNTGI), Bernard Vorms. Il devra dire ses recommandations pour que les professionnels puissent s’adapter.

Mais avant même les résultats –  attendus en juillet – de ce rapport, les professionnels n’ont d’autres choix que de prendre en compte ces innovations structurelles, de comprendre le mécanisme et de réinventer le marché en tenant compte de l’évolution des usages et des consommateurs. Alors ? Remue-méninges pour tout le monde !

Pour poursuivre la réflexion, abonnez-vous à Opérations Immobilières : http://boutique.lemoniteur.fr/operations-immobilieres-1an-papier.html

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X