Immobilier

L’immobilier d’entreprise en grande forme dans l’agglomération lyonnaise

Mots clés :

Etat et collectivités locales

-

Gestion et opérations immobilières

Les professionnels de l’immobilier d’entreprise ont le sourire. L’année 2015 est restée dynamique en termes de demande placée, notamment sur le marché de bureaux et en logistique.

Avec une demande placée établie à 272 153 m2, l’année 2015 frôle pratiquement les performances de l’année 2007, selon le baromètre de la FNAIM Immobilier d’entreprise réalisé sur l’agglomération lyonnaise. En progression de 12% par rapport à 2014, cette demande placée se caractérise par le retour des transactions de plus de 5 000 m2. Avec des projets phares, comme les nouveaux bureaux d’EDF Septen à Gerland ou le nouveau siège social d’Adecco au Carré de Soie à Vaulx-en-Velin, la part du neuf s’élève à 61% des surfaces tertiaires placées l’an passé. «Avec 70 000 m2 placés, Gerland s’impose comme le premier secteur tertiaire de l’agglomération dans le neuf, tandis que La Part-Dieu reste le premier secteur des transactions en seconde main», souligne Dominique Doutaz-Moine, de BNP Real Estate. Sur le quartier d’affaires, la différence de prix entre le neuf et le seconde main, hors IGH, n’est pas très marquée (250 euros HT/m2/an dans le neuf contre 230 euros).

Le marché lyonnais, marqué par des évolutions de loyer «maîtrisées», offre de la visibilité aux investisseurs comme aux utilisateurs. «Le lancement en blanc d’opérations réparties sur l’ensemble des secteurs majeurs de l’agglomération atteste de la confiance des opérateurs et des investisseurs dans le dynamisme du marché», illustre Dominique Doutaz-Moine. A l’instar de la construction de Silex 1 lancé par Foncière des Régions à La Part-Dieu ou de l’IGH Sky 56, conduit en co-promotion par Cirmad et Icade.

 

La logistique en hausse, les locaux d’activités en recul

 

Avec 24 transactions réalisées, l’année 2015 a été très dynamique sur le marché de la logistique. En progression de 28%, la demande placée atteint 382 000 m2, principalement en location. Le manque d’offre sur l’agglomération lyonnaise, notamment dans des locaux de grandes tailles, devrait profiter à d’autres territoires comme l’Ain, la Drôme voire la Bourgogne.

Du côté des locaux industriels, la demande placée marque le pas cette année (-11% par rapport à 2014). «85% du marché a été réalisé avec des transactions inférieures à 1 000 m2, souligne Olivier Durif de JLL. Le marché des grandes transactions a été divisé par 2». L’offre foncière, rare en première couronne, empêche le développement d’opérations clef en main.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X