Transport et infrastructures

L’Ifsttar dans les starting-blocks pour la transition énergétique

Mots clés : Démarche environnementale - Gouvernement - Innovations - Réseau routier

Avec ses programmes de recherche « Route de cinquième génération » et « Sense City », l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) inscrit son action dans le vaste plan pour la transition énergétique lancé par le ministère de l’écologie en 2014.

« Les recherches développées par les équipes de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar) ont pour finalité de répondre aux besoins sociétaux, dont le développement durable. Les questions d’adaptation aux changements climatiques font donc pleinement partie des objectifs de nos travaux de recherche. » Pour Hélène Jacquot-Guimbal, directrice générale de l’Ifsttar, les programmes de recherche « Route de cinquième génération » et « Sense City », en cours de développement, illustrent bien la démarche de l’institut.

Ces derniers mois, le projet de « Route de cinquième génération » a connu de réelles avancées, avec notamment la signature d’un accord-cadre entre l’Ifsttar, le conseil général de Seine-et-Marne et l’établissement public d’aménagement Epamarne pour tester, grandeur nature, sur la route départementale RD 199, des systèmes techniques (cellules photovoltaïques, dalles piézo-électriques, tubes caloporteurs…) préfigurant ce que sera la « route du futur », c’est-à-dire « une route capable de capter de l’énergie, voire d’en produire, et ainsi d’optimiser les flux énergétiques à l’échelle d’un territoire, et pourquoi pas, dans quelques décennies, de couvrir les besoins énergétiques nationaux », indique Hélène Jacquot-Guimbal. La signature de cette convention permettra la livraison d’un premier démonstrateur entre 2015 et 2020.

 

« Mini-ville climatique »

 

Parmi les temps forts de l’Ifsttar en 2015, figure en outre l’inauguration, courant mars, de la maquette de la ville climatique, dénommée « Sense City ». Cette maquette (20 x 20 x 6 m) intégrera un « équipement d’excellence » installé sur le site de l’institut, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) et devant être livré en 2016. « Il s’agit d’une enceinte environnementale mobile de 400 m², unique en Europe, capable d’accueillir des maquettes réalistes des principales composantes de la ville, à savoir les bâtiments, les infrastructures, les réseaux de distribution ou encore les sous-sols », décrit Serge Piperno, directeur scientifique de l’Ifsttar.

Plus précisément, cette plateforme de R&D permettra in fine de valider, en conditions réelles, les performances de plusieurs technologies, et en particulier des micro et des nano-capteurs, à l’issue de leur développement en laboratoire et en amont de leur industrialisation. Une fois opérationnel, cet équipement offrira un cadre pour l’analyse des performances énergétiques des bâtiments et des quartiers ainsi que pour l’étude de la qualité sanitaire du bâti (pollution de l’air intérieur), des réseaux urbains (transport, fluides), de l’air extérieur, des sols et des eaux, etc.

 

Inauguration du siège de l’Ifsttar au printemps

 

Hormis la « Route de cinquième génération » et « Sense City », l’Ifsttar poursuit ses nombreux autres travaux de recherches. L’Institut travaille ainsi, par exemple, au multi-recyclage des enrobés routiers (projets Mure et Improvmure), à une harmonisation de la labellisation et de la certification des routes européennes en matière de développement durable (projet Ecolabel), à l’amélioration, par carbonatation, des granulats de béton recyclé, à l’usage de bactéries pour lier les matériaux utilisés dans la construction routière, au recueil d’incidents routiers pour anticiper les accidents, au développement de solutions innovantes pour une signalisation dynamique autonome (projet Inroads), etc.

Par ailleurs, un peu plus de deux ans après l’arrivée d’une partie du personnel de l’institut, l’Ifsttar inaugurera son siège, sur le site de Bienvenüe, au printemps prochain. Cette inauguration marquera l’ouverture d’une série de portes ouvertes des sites de l’Ifsttar au public jusqu’en 2016.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X