Projets

L’hôpital Grand Paris-Nord verra le jour à Saint-Ouen en 2025

Mots clés : Établissements de soins

Le campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord, issu du regroupement des hôpitaux Beaujon et Bichat, sera construit à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), dans le quartier des Docks. Le protocole de partenariat signé le 19 décembre entre l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris et la Ville de Saint-Ouen marque une étape décisive dans la réalisation de ce projet estimé à un peu plus de 900 millions d’euros.

Le projet de campus hospitalo-universitaire Grand-Paris Nord est enfin sur les rails. Après deux années de négociations parfois très rudes, William Delannoy, maire (UDI) de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), sont parvenus à un accord sur l’emplacement du «super-hôpital» du nord de Paris, né du regroupement des centres hospitaliers Beaujon à Clichy (Hauts-de-Seine) et Bichat à Paris (XVIIIe) et accompagné d’un pôle universitaire porté par l’université Paris-Diderot.

Le protocole de partenariat, signé le 19 décembre par la Ville de Saint-Ouen, l’AP-HP et les autres acteurs du dossier fixe le schéma d’implantation de ce projet, organise la modification des documents d’urbanisme nécessaire à sa réalisation et établit une gouvernance partagée pour le pilotage en commun des études. Il assure enfin le financement par l’Etat d’un pont routier au-dessus des voies ferrées assurant un accès direct au campus. Cette subvention, dont le montant reste à déterminer, a permis le déblocage du dossier.

 

Parc d’activités Valad

 

Ce nouvel équipement sera construit dans la ZAC des Docks, aménagée par la Sequano, sur le parc d’activités Valad alors que l’AP-HP visait la parcelle située juste au sud, en bordure du boulevard Victor-Hugo, à proximité des transports en commun (future station de la ligne 14 et RER C). Mais cette emprise doit accueillir 1 200 logements et selon William Delannoy, la perte des recettes liées à la vente des charges foncières (près de 80 millions d’euros) aurait compromis l’équilibre financier de la ZAC.

 

Un projet de 200 000 m2

 

D’une superficie de 130 000 m2, le centre hospitalier disposera de 989 lits et places de médecine, chirurgie ou obstétrique dont 816 lits d’hospitalisation, soit une réduction de la capacité (en nombre de lits) de 30%. Il représente un investissement de 650 millions d’euros. Le volet universitaire (enseignement et recherche) se déploiera sur 70 000 m2 pour un coût estimé à 175 millions d’euros. Au total, un peu plus de 900 millions d’euros seront investis dans ce projet.

 

Démarrage des travaux en 2020

 

Le calendrier prévoit l’organisation d’un débat public entre le 27 janvier et le 17 mars 2017 sous l’égide d’un garant désigné par la Commission nationale du débat public. Deux concours d’architecture, coordonnés, seront lancés courant 2017. La maîtrise foncière du site devra intervenir au plus tard en 2019 pour un démarrage des travaux en 2020 et une mise en service des bâtiments en 2025.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X