Chantiers

L’hôpital de Hautepierre, chantier majeur en site occupé à Strasbourg

Mots clés :

Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé

-

Rénovation d'ouvrage

L’extension du CHU bat son plein. Le chantier requiert une série de précautions techniques pour avancer sans perturber les salles d’interventions médicales qui l’environnent.

Par ses 150 millions d’euros HT de travaux, l’extension du CHU de Hautepierre constitue un chantier majeur de l’agglomération de Strasbourg. Ses 71 000 m2 se répartissent entre la création de l’Institut régional du cancer (IRC), regroupement de plusieurs structures de recherche et de traitement réparties jusqu’alors dans la ville, et la construction du plateau médico-technique locomoteur (PMTL), qui inclut un impressionnant ensemble de 34 blocs opératoires.

Le marché se répartit entre trois macrolots, dont le terrassement/gros œuvre/second œuvre/finitions revient pour 83 millions d’euros à Bouygues Bâtiment Nord-Est. L’entreprise doit répondre à un défi principal: mener son chantier au milieu de bâtiments et espaces de soins et de logistiques qui ont besoin de continuer à fonctionner comme si de rien n’était. «Le centre de dialyse voisin tourne 24 heures sur 24 heures et nous touchons, à un joint de dilatation près, les bâtiments particulièrement sensibles des blocs opératoires et de la réanimation», complète Nicolas Madelrieux, directeur projet du macrolot chez Bouygues Bâtiment Nord-Est.

 

Antivibrations

 

Le dispositif antivibration mis en place doit donc être le plus fin possible pour ne pas perturber l’activité alentour qui requiert de la précision au millimètre. La solution retenue évite le recours au vibrofonçage, par une construction sur pieux avec insertion de poutres métalliques IPE. Elle repose aussi sur le béton autoplaçant spécifique à Bouygues Construction.

Les contraintes sismiques renforcées amènent par ailleurs à donner des dimensions exceptionnelles aux joints de dilatation. «Ils varient de 4 cm jusqu’à 18 cm dans les niveaux supérieurs», souligne Nicolas Madelrieux.

 

Façade ruban

 

Dans la même optique de limiter l’impact pour le voisinage, le premier niveau de l’IRC – abritant la radiothérapie – est partiellement enterré. L’insertion du bâtiment a fait l’objet d’une attention particulière de la maîtrise d’œuvre conduite par Groupe-6. «Accessible de plain-pied, l’espace d’accueil de l’IRC est conçu en légère pente, selon une forme qui rappelle une «goutte d’eau». Il est surplombé d’un grand toit planté afin de ménager des vues agréables pour les patients dont les chambres s’orienteront vers l’hôpital», décrit Geneviève Carini, architecte-associée chez Groupe-6.

 

Proche du génie civil

 

De façon générale, l’équipe Groupe-6 a privilégié une abondante végétalisation du socle bâti et des terrasses, en décomposant les volumes selon des «strates horizontales» qui viennent renouveler la volumétrie du site de Hautepierre caractérisé jusqu’alors par ses constructions en hauteur. Les deux nouveaux bâtiments s’envelopperont d’une façade-ruban de zinc au Nord, à l’Ouest et à l’Est, ce qui redessinera la silhouette de l’hôpital.

«Au total, cette opération se rapproche du génie civil de par ses techniques utilisées», observe Nicolas Madelrieux. Le gros œuvre s’achèvera en septembre prochain, laissant la place à l’installation des équipements qui mobilisera également une importante GTC (gestion technique centralisée).

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage: Hôpitaux universitaires de Strasbourg

Maîtrise d’œuvre: Groupe-6, architecte mandataire; Ingérop, BET cotraitant; Solares Bauen, BE environnement); Echologos, acoustique; CEEF, façades

OPC: AIA Management – C2BI

Entreprises titulaires des macrolots: Bouygues Bâtiment Nord-Est (terrassement/gros œuvre/second œuvre/finitions), Patricola (chauffage-ventilation-climatisation, fluides médicaux), Cofely Inéo (électricité courants forts et faibles)

Coût: 150 millions d’euros HT

Calendrier: juillet 2014 – janvier 2018

Principaux chiffres: 92 000 m2 de dalles / 48 000 m3 de béton / 100 000 m3 de terrassement / 240 000 heures de maçonnerie

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X