Réalisations

L’Historial de la Grande guerre, une architecture d’apaisement entre France et Allemagne

Mots clés : Architecture

Le centre d’interprétation du conflit 1914-1918, selon un double de point de vue français et allemand, est inauguré ce vendredi. L’agence d’architecture Inca l’a conçu comme un élément qui vient se fondre discrètement dans le paysage de l’ancien champ de bataille.

Emmanuel Macron et le président allemand Frank-Walter Steinmeier inaugureront vendredi, veille du 11 novembre, l’Historial franco-allemand de la Grande Guerre, situé sur l’ancien champ de bataille du Hartmannswillerkopf (HWK), une colline au pied des Vosges sur son versant alsacien.

Le bâtiment aura représenté un coût de 4,7 millions d’euros, aménagements compris, un montant réuni par son maître d’ouvrage le Comité du Monument national du HWK. Le site accueille en effet l’un des quatre monuments français commémoratifs des combats de 1914-1918 sur les fronts du Nord et de l’Est, ainsi qu’une crypte.

Face à la «force impressionnante» de ces deux ouvrages, l’agence d’architecture conceptrice de l’Historial, Inca à Grenoble, a estimé qu’il fallait privilégier une approche humble, aboutissant à «fondre le nouveau bâtiment dans son environnement naturel et bâti», souligne Gilles Marty, fondateur et directeur de l’agence.

 

Forme d’amande

 

En contrebas de la pente du HWK, la construction de 800 m2 confère aux salles d’exposition une forme d’amande qui l’aide à se camoufler, tout en laissant déborder la toiture et en faisant émerger une terrasse-belvédère. Les espaces vitrés et les ouvertures lumineuses incitent le visiteur à tourner son regard vers le paysage forestier alentour. Une enveloppe courbe qui épouse la topographie, l’appel principal au bois pour une élégante charpente et les aménagements intérieurs, des voiles d’un béton matricé pour «rappeler la texture» du bois et une couverture zinc constituent autant de parti pris qu’Inca a retenu, dans le but de favoriser une atmosphère «de sérénité et d’apaisement», selon Gilles Marty. Celle-ci doit faire écho à l’esprit de réconciliation qui préside au projet. A côté d’un Monument très cocardier – et récemment rénové -, l’Historial se veut être un centre d’interprétation binational, par la façon dont il raconte le conflit, à partir du double point de vue français et allemand. Comme un clin d’œil, sa conception établit aussi une passerelle entre les deux rives du Rhin: la charpente associe le bois massif en sapin des Vosges à un lamellé-collé issu d’épicéas de la Forêt-Noire.

 

Un spécialiste des «sites d’exception»

 

Fondée il y a vingt ans, l’agence Inca a trouvé au Hartmannswillerkopf une occasion supplémentaire de décliner sa spécialité: la «mise en valeur de sites d’exception», selon sa définition, qu’ils soient historiques, culturels ou naturels, certains étant classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Dans ses dernières références achevées ou en cours, on trouve le sanctuaire de Lourdes, la Citadelle de Verdun, les écluses de Fonseranes le long du canal du Midi, ou Les Fontaines parfumées, centre de création de Christian Dior et Louis Vuitton Malletier installés à Grasse (Alpes-Maritimes) dans une bâtisse du XVIIe siècle.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X