Événement

L’exposition internationale d’Astana s’expose à Paris

Installé sur la place du Panthéon jusqu’à 8 avril, un pavillon mobile présente l’exposition internationale d’Astana. Cette manifestation, dédiée à l’énergie, se déroulera l’été prochain dans la capitale kazakh.

Cette semaine, un regard seulement sépare Paris d’Astana, la capitale du Kazakhstan. Certes, la rétine devra se contenter d’images numériques, mais les casques de réalité virtuelle rendent l’architecture de la future exposition internationale spécialisée presque palpable. Cet événement, consacré à « l’énergie du futur », se tiendra du 10 juin au 10 septembre 2017 à 8 kilomètres de la métropole des steppes, dans un complexe de 25 hectares construit pour l’occasion.

Afin de promouvoir cette manifestation, l’Etat d’Asie centrale a imaginé un pavillon mobile qui traverse 14 pays d’Europe. Il fait halte jusqu’au 8 avril sur la place parisienne du Panthéon. Outre le simulateur de visite, les promeneurs pourront y visionner un film de présentation, pédaler sur des vélos électriques, ou bien encore obtenir un portrait avec le Bayterek, l’immense tour surmonté d’un œuf d’or, symbole du pays.

Au-delà ces divertissements secondaires, l’exposition internationale s’annonce comme une formidable opération de communication pour le Kazakhstan. Elle devrait accueillir 5 millions de visites. Pour le moment, 115 pays et 20 organisations internationales devraient y participer.

Contrairement aux expositions universelles, l’Etat organisateur supervise la totalité du projet architectural. Le site comptera 23 bâtiments. Les 14 édifices réservés aux pavillons nationaux formeront un demi-cercle autour des constructions dédiées aux entreprises, à des présentations thématiques, et aux commerces.

 

Une reconversion déjà prévue

 

Au centre, une sphère de 8 étages surplombera le parc. Elle abrita au premier le pavillon kazakh, d’une superficie de 5000 m². « Après la manifestation, les bâtiments serviront de parc des expositions, explique Yerbol Sarypbekov, conseiller de l’ambassade du Kazakhstan en France. Les énergies renouvelables couvriront les consommations du site. »

Le projet aura demandé deux ans de travaux. Le montant des investissements reste flou. « Il y a de nombreux partenariats public-privé et du mécénat », se contente d’indiquer le conseiller. « L’estimation de ces événements reste complexe, précise le Bureau international des expositions, l’organisation intergouvernementale qui encadre et réglemente les expositions universelles. L’exposition universelle de Shanghai a par exemple donné lieu à la construction de nombreuses infrastructures. Doit-on les comptabiliser dans la facture ? »

D’une surface de 1083 m², le pavillon français sera l’une des plus grandes installations nationales. Sa décoration intérieure sera révélée dans les prochaines semaines. Par ailleurs, la jeune entreprise Glowee et une autre firme hexagonale sont invitées avec 18 autres entreprises à exposer dans l’espace des bonnes pratiques. 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X