Aménagement

L’Etat confirme sa participation à un Centre d’art européen sur l’île Seguin

Le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres a confirmé mercredi la participation de l’Etat à la création d’un « Centre européen de création contemporaine » sur l’île Seguin (Hauts-de-Seine), ancien site des usines Renault, qui devrait coûter environ 100 millions d’euros.
« L’État participera à la création d’un « Centre européen de la création contemporaine » sur le site de l’Ile Seguin », a dit M. Donnedieu de Vabres lors d’une communication en Conseil des ministres.
Le Premier ministre Dominique de Villepin avait fait cette proposition en octobre, à l’occasion de la Foire internationale d’art contemporain (FIAC).
L’île Seguin devait accueillir la Fondation d’art de l’homme d’affaires François Pinault mais ce dernier a jeté l’éponge en mettant notamment en cause les lenteurs administratives, lui préférant Venise.
« L’État a confirmé son engagement, aux côtés du conseil général des Hauts-de-Seine et de la ville de Boulogne-Billancourt, dans cet équipement représentant 25.000 m² de surface bâtie, correspondant à un investissement évalué à 100 millions d’euros », a déclaré le ministre, selon le compte-rendu du Conseil.
M. Donnedieu de Vabres a indiqué que « cet équipement d’envergure internationale sera dédié à l’accueil d’artistes, à la production et à la présentation d’oeuvres, à la recherche expérimentale et aux formations doctorales » et « sera implanté au sein d’un jardin expérimental ».
En octobre, le Conseil général des Hauts-de-Seine, présidé par Nicolas Sarkozy, avait accueilli avec circonspection la proposition de M. de Villepin, rappelant que d’autres projets étaient également à l’étude.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X