Emploi / Formation

L’ESTP ouvre son troisième campus à Troyes

Mots clés : Administrations, banques, bureaux ouverts au public - Enseignement supérieur - Etat et collectivités locales - Travaux publics

La préfecture de l’Aube va accueillir en septembre la première implantation en province de l’Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie.

Après ceux de Cachan et Paris, l’Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie (ESTP) ouvre à Troyes son troisième campus.

La première rentrée dans la ville champardennaise se déroulera le 11 septembre dans des locaux provisoires, en attendant que l’ESTP emménage dans un bâtiment neuf de 4 000 m2 qui sera construit sous maîtrise d’ouvrage du conseil départemental, à la technopole de l’Aube. Ce bâtiment, dont les travaux n’ont pas encore débuté, sera livré en 2020.

L’école aura alors presque atteint son rythme de croisière, à savoir l’accueil de trois cents élèves ingénieurs, spécialité bâtiment, auxquels s’ajouteront une cinquantaine de stagiaires de la formation continue.

Pour cette rentrée, la première promotion est composée de 32 élèves en 1re année et de 10 en 3e année. Ces derniers, en provenance de Cachan, suivent l’option “ingénieur designer” proposée en partenariat avec l’Ecole supérieure de design de Troyes.

 

Le numérique comme axe fort

 

Le campus troyen souhaite cultiver sa différence. « Le bâtiment n’a pas encore fait sa révolution numérique. Le nouveau site peut en faire sa spécialité, avec le BIM, la robotisation et l’instrumentation des chantiers », indique le directeur du campus, Hervé Guillermet.

L’établissement entend aussi multiplier les points d’ancrage dans le territoire. Ses élèves suivront par exemple des enseignements pratiques à l’IUMP, l’Institut universitaire des métiers et du patrimoine. L’école a également noué des contacts avec la FFB Aube pour former les artisans et les TPE au numérique, et avec la plate-forme de recherche privée FRD (Fibres Recherche Développement) pour le développement de bétons fibrés.

Le campus troyen s’inscrit en outre dans le projet ESTP 2030, « qui veut faire de l’école la référence sur l’acte de construire », énonce Hervé Guillermet. Elle est déjà le principal vivier de recrutement des grandes entreprises du BTP, avec 45 000 diplômés formés depuis l’origine. L’école s’appuie d’ailleurs sur son réseau d’anciens élèves pour faciliter son intégration dans l’Aube. Celle-ci s’apparente, selon le directeur local, à une sorte de « conte de fée », tant l’implication des acteurs locaux est grande pour réussir la greffe.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X