Quartier

L’écoquartier Fréquel-Fontarabie, vitrine verte de Paris

Mots clés : Aménagement paysager

Tout juste achevé, l’écoquartier du 20e sud fait la fierté de la Mairie de Paris, qui communique sur cette réalisation exemplaire, alliant mixité sociale et qualité environnementale.

La COP 21 approche et la capitale française se veut exemplaire à quelques semaines de l’accueil de cette manifestation-clé pour la lutte contre le changement climatique. La Mairie de Paris a choisi cette semaine de faire visiter ses éco-quartiers, dont celui de Fréquel-Fontarabie, l’un des moins connus.

Piloté par l’architecte Eva Samuel, le projet a duré une quinzaine d’années. Avant les différents chantiers, confiés sur concours à plusieurs agences d’architecture (LAN Architecture pour l’ensemble des immeubles de Paris Habitat et différents architectes pour la Siemp), le travail d’Eva Samuel a d’abord consisté à organiser la concertation avec les habitants du quartier, les associations mais aussi les services de la ville, les élus, les bailleurs sociaux.

« La densité de population mettait les habitants à cran », raconte Eva Samuel. Les associations de quartier ont donc été mises à contribution pour déterminer ce qui serait conservé et ce qui serait détruit. Leur implication est allée jusqu’à participer aux jurys des concours d’architecture. Avec l’architecte coordinateur, elles ont aussi planché sur l’ouverture des espaces, la création de circulations qui ouvrent l’écoquartier à son environnement proche. Une démarche qui pour Eva Samuel fait partie intégrante de l’approche environnementale, qu’elle n’entend pas réduire aux seules performances des bâtiments.

 

Derniers travaux

 

L’écoquartier est aujourd’hui quasiment achevé. Le café côté rue de Fontarabie ouvrira prochainement ses portes. Les derniers travaux en cours portent sur l’extension de la cour de l’école maternelle, au centre de l’îlot. En fond de parcelle, à l’angle du passage Fréquel et de la rue Vitruve, un ancien atelier, propriété de Paris Habitat, attend d’être rénové, dernière étape avant que la totalité de l’îlot ait fait peau neuve, tout en conservant les traces de son histoire, entre ateliers d’artistes, locaux  artisanaux et logements. Et en gardant dans son ADN la mixité sociale, puisque l’écoquartier compte 109 logements sociaux ainsi que des propriétés privées.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X