Emploi / Formation

L’école du BIM ouvre en Normandie

Mots clés :

Conception

-

Logiciels - Outils d'aide

L’Ecole supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen crée le premier centre de compétences dédié à la maquette numérique.

Parce que le Building Information Modeling (BIM) révolutionne les métiers du BTP, l’Ecole supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen, investie depuis plusieurs années sur le sujet, adapte les contenus de ses enseignements en mettant en place, avec le soutien de l’Académie de Caen, un centre de compétences dédié, unique en France. Celui-ci comprend notamment deux salles équipées de 98 terminaux en réseau et interconnectés pour permettre de travailler sur des projets grandeur nature, avec des partenaires français et internationaux. Des locaux destinés aussi bien à la formation initiale qu’à la formation continue.

La formation des ingénieurs se fait de manière progressive: de la maîtrise des outils 3D à la mise en situation réelle en mode projet avec réponse à appel d’offres BIM, le mastère spécialisé «éco-matériaux et conception numérique» imbriquant les trois concepts du BIM, du lean et de la construction durable. «L’originalité de cette formation tient notamment à son inscription dans notre tronc commun d’enseignement : tout élève est concerné», explique Jérôme Lebrun, le nouveau directeur de l’ESITC de Caen, qui vient de succéder à Hélène Grimault-Duc, la fondatrice de l’établissement.

 

Nouvel espéranto des chantiers

 

Autre particularité, l’ESITC de Caen a choisi de déployer ce dispositif sur plusieurs établissements complémentaires dans l’enseignement du génie civil (du CFA au Bac+5), l’objectif étant de former au mieux l’ensemble des acteurs du BTP, mais également de mettre en œuvre des projets collaboratifs, «la construction numérique ayant les mêmes exigences que la pratique à haut niveau d’un sport d’équipe», selon le Suédois Peter Ireman, responsable pédagogique BIM à l’ESITC de Caen. Deux conventions ont ainsi été signées avec le lycée Pierre-Simon de Laplace de Caen et le Centre de formation des apprentis du bâtiment du Calvados. Les Ecoles nationales supérieures d’architecture (Ensa) de Normandie et de Paris-Val de Seine sont également associées. Et Jérôme Lebrun de résumer tout cela d’une formule: «Le BIM, c’est comme une nouvelle langue qu’il faut apprendre à parler sur les chantiers.»

 

Sur le même sujet

Lire notre article: «Maquette numérique – Les écoles ne sont pas toutes bonnes élèves», paru dans le Magazine «Le Moniteur» n°5857 du 26/02/2016, pp.12-13 (accès réservé aux abonnés).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X