Emploi / Formation

L’école de la fibre optique démarre à Strasbourg

Mots clés : Apprentissages - Electricité - Equipements électriques - Formation continue - Télécommunications

Désigné pour le déploiement du très haut débit en Alsace, le groupe NGE accompagne l’opération par un programme sur-mesure de formation de salariés ou de nouveaux embauchés.

L’école de la fibre optique trace son chemin en Alsace. Une seconde promotion de 14 stagiaires a débuté son parcours de formation le 3 janvier pour une durée de deux mois, succédant à un premier groupe de 12 qui avait lancé le dispositif jusqu’aux congés de fin d’année. L’initiative a pour objectif de former d’abord au déploiement du réseau très haut débit en Alsace pendant les six ans prévus, à raison d’une centaine de personnes par an, puis à sa maintenance.

Ces formations assurées à Strasbourg accompagnent en effet la délégation de service public que le conseil régional, devenu du Grand Est, a attribuée en avril dernier pour 30 ans à Rosace, la société dédiée constituée autour de NGE et d’Altitude Infrastructure. Le groupe de BTP s’appuie sur sa société de formation, Plate Forme, qui s’est rapprochée de l’Afpa Grand Est (Association pour la formation professionnelle des adultes) et de la CCI d’Alsace afin de créer une offre de formation taillée sur mesure. «Les personnes font leur apprentissage sur les mêmes équipements qui seront déployés sur le terrain», confirme Walter Guyonvarch, directeur de projet de Rosace Déploiement, l’entité chargée de la conception-construction du réseau.

 

L’employabilité immédiate comme objectif

 

L’objectif consiste, selon Rosace, à permettre l’«employabilité immédiate», sans chercher nécessairement à délivrer un diplôme. La formation ne requiert pas de qualification préalable. A l’exception toutefois, d’un cursus plus spécifique de dessinateurs/projeteurs, qui a démarré ce lundi 9 janvier: la maîtrise de connaissances et d’outils (le logiciel Autocad) qu’il exige le réserve, de fait, à des détenteurs de baccalauréat professionnel ou de BTS.

La formation principale au déploiement terrain de la fibre optique correspond au métier d’installateur de réseaux câblés de communication. Elle consiste à conférer ou à augmenter les compétences des deux publics auxquels elle s’adresse: d’une part, des salariés en place dans les entreprises BTP – les filiales régionales de NGE, Muller et EHTP pour commencer avec extension aux sous-traitants dans un second temps – et, d’autre part, des candidats extérieurs nouvellement embauchés, notamment les demandeurs d’emploi concernés par la clause d’insertion du projet.

Le cursus s’organise autour de six modules. Une présentation générale sur la fibre optique précède rapidement les apprentissages très concrets sur l’aiguillage et le piquetage pour la reconnaissance des réseaux, le tirage/portage des câbles, la soudure, les tests de mesure optique et le raccordement au client avec sa dimension de travail chez l’habitant respectueux de son logement. Les vastes surfaces intérieures et extérieures des locaux de l’Afpa qui l’accueille permettent de se familiariser de manière confortable avec toute la palette d’équipements et leurs supports: baies, murs intérieurs à colonnes montantes, boîtiers à sceller, toute la gamme des poteaux qui seront rencontrés en réel, déroulage de câbles, etc. Un réseau complet de fourreaux a été installé. «Nous sommes dimensionnés pour accueillir jusqu’à 22 stagiaires simultanément», précise Walter Guyonvarch.

Une fois sur le chantier en réel, l’ancien «pensionnaire» de l’école reste accompagné par un tuteur NGE jusqu’au moment où celui-ci estime qu’il peut voler de ses propres ailes.

 

Focus

Extension au Grand Est

Lancé avant la fusion avec la Champagne-Ardenne et la Lorraine, le plan de déploiement de la fibre optique très haut débit en Alsace prévoit 450 millions d’euros d’investissements pour le raccordement de 380 000 prises chez l’habitant (système FTTH fiber to the home), jusqu’en 2022 dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin. Le conseil régional Grand Est a lancé mi-décembre le processus pour le déploiement simultané dans sept autres départements de la nouvelle région, dans le cadre d’une seule concession. Elle devrait être attribuée en 2017 pour lancer les études en 2018 puis en 2019 les travaux d’un montant d’1,3 milliard d’euros. Le dixième département, la Moselle, s’était, comme l’Alsace, engagé avant l’entrée en vigueur de la réforme territoriale et elle poursuivra son chemin en solo. L’essentiel de son déploiement s’opérera sous la maîtrise d’ouvrage d’un syndicat mixte avec 19 intercommunalités. Les travaux démarrent dans les prochaines semaines, dans le cadre d’une conception-construction de 124 millions d’euros sur quatre ans confiée à Vinci Energies, Sogea Est (filiale de Vinci Construction France) et à l’entreprise indépendante Sogetrel.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X