Culture

L’école d’architecture Paris-La Villette prend position sur la disparition de la Dapa

Face à la « disparition annoncée de l’architecture au sein du ministère de la Culture », le conseil d’administration de l’école d’architecture Paris-La Villette « réaffirme la nécessité de rattacher l’enseignement de l’architecture et la recherche architecturale et urbaine au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ».

Le conseil d’administration de l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-La Villette (ENSAPLV), réuni le 27 janvier, a pris connaissance de la nouvelle organisation des services du ministère de la Culture, et a constaté avec stupéfaction que la Direction de l’architecture et du patrimoine avait purement et simplement disparu de l’organigramme des Directions du ministère. L’architecture (profession, enseignement, recherche, création et qualité architecturales) relève désormais d’un « service de l’architecture » relevant d’une « Direction générale des patrimoines ».
Il s’agit de l’ultime étape d’une lente mais inexorable régression institutionnelle qui ne peut que traduire un désintérêt croissant pour notre discipline et son enseignement, déjà passablement malmenés depuis de nombreuses années.
L’architecture n’est pas (qu’)une activité artistique et ne saurait exclusivement relever d’une préoccupation patrimoniale. Etroitement associé aux processus et aux enjeux urbains, territoriaux et environnementaux de la ville contemporaine, il en va au contraire de la vie quotidienne de millions de nos concitoyens, de leurs conditions de vie, d’habitat, de déplacement, de travail, de culture et de loisirs.
Par un malheureux concours de circonstances historiques, l’architecture a été rattachée en France aux institutions culturelles, ce qui l’a placée dans une situation de marginalité accrue par rapport aux disciplines auxquelles elle est naturellement et organiquement associée : l’urbanisme, l’aménagement et l’environnement, la construction et l’ingénierie, l’habitat et le logement.
La submersion de l’architecture dans le fatras idéologique « des patrimoines » signe pour notre tutelle l’abandon définitif de toute ambition sérieuse de mettre en place une véritable politique prospective de l’architecture, adossée à son enseignement et résolue à affronter les défis du nouveau siècle. Car comme le proclament justement Richard Klein, Gérard Monnier et Paul Quintrand : « Inexorablement, une politique prospective de l’architecture, tournée vers de nouveaux usages, vers de nouvelles contraintes, vers de nouveaux moyens – et le contexte ne permet pas d’autre choix – sera en porte-à-faux dans un dispositif patrimonial, qui produira ses représentations et ses critères, et qui répartira ses moyens à l’architecture par défaut. Cette péripétie calamiteuse ne convient pas. »
Face à cet épisode conclusif d’une disparition annoncée de l’architecture au sein du ministère de la Culture, le conseil d’administration de l’ENSAPLV réaffirme la nécessité, que notre école a toujours fait valoir, de rattacher l’enseignement de l’architecture et la recherche architecturale et urbaine au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
Dans cette perspective elle soutient résolument la position prise récemment par Richard Klein, Gérard Monnier et Paul Quintrand dans l’édition numérique du Moniteur, « La quotidienne de la construction » du 25 janvier 2010.

www.paris-lavillette.archi.fr

Focus

PRECISION

« L’opinion exprimée par le Conseil d’administration de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette sur la disparition de la Dapa, publiée par le site lemoniteur.fr le 2 février 2010, n’exprime que la position des membres du Conseil d’administration effectivement présents lors du vote de cette motion pendant le CA du 27 janvier 2010. Je tiens à préciser que je n’ai pas pris part à ce vote, ayant du quitter le Conseil avant la présentation de cette motion, et je déplore que cette opinion ait pu être présentée comme celle de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette ».

Bertrand Lemoine, directeur de l’ENSA de Paris La Villette

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    attachée de presse

    Commentaire Je soutien la petition pour defendre l’existence d’une direction de l’architecture
    Signaler un abus
  • - Le

    architecte enseignante

    Commentaire soutien pour l’existence d’une direction de l’architecture
    Signaler un abus
  • - Le

    Sylvie Forest Architecte enseignante

    Commentaire Soutien pour une pétition défendant l’existence d’une direction de l’architecture
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X