Profession Architecture

« L’architecte suicidaire est-il un nouveau modèle professionnel ? »

Mots clés : Architecte - Architecture

Laurent Pezin, architecte dplg réagit à l’interview de Lionel Carli, président de l’Ordre des architectes, publiée sur lemoniteur.fr le 2 février 2012. Au dumping des honoraires s’ajoutent selon lui « les offres anormalement courtes » et, plus cruelle, « l’architecture suicidaire ». Point de vue d’un professionnel en colère qui appelle à plus de respect pour l’architecture.

Il me semblerait – en tout premier lieu – particulièrement utile d’échanger nos informations sur certains cas « exemplaires ». La publication d’un panel des consultations les plus savoureuses serait déjà un bon moyen d’inciter les commanditaires les moins scrupuleux à plus de vigilance. Mais au-delà de nos « commanditaires fossoyeurs » qui pourront toujours nous rétorquer que la sacro-sainte loi du marché à justement pour but de nous rendre de plus en plus concurrentiels, se pose la question de « l’architecte suicidaire ». En acceptant des conditions inacceptables et en signant des engagements intenables il affecte la crédibilité d’une profession toute entière, ce qui me paraît nettement plus grave.

Alors qu’est-ce que la juste concurrence ?

Est-ce par exemple pour la construction de 100 logements avec un budget de 7 495 500 euros HT une offre en mission de base complète + étude thermique + simulation thermique dynamique + étude facteur lumière du Jour à 4,75 %

Ou sont-ce les délais proposéssuivants ?

– Délai de présentation de l’esquisse à compter de la notification du marché : 2 jours

– Délai de présentation de l’APD à partir de la validation de l’esquisse : 1 jour

– Délai de présentation du DCE à partir de la validation du PRO : 1 jour

– Délai de présentation rapport ACT (assistance pour la passation des contrats de travaux) + mise au point marché suite CAO ouverture des plis : 2 jours

Tout cela confirmé et officialisé dans le cadre d’un appel d’offres récent.

Je demande tout à fait librement à nos confrères – qui se reconnaîtront – de nous faire part dans ces colonnes de la recette miracle qui leur permet de tels exploits. A défaut qu’ils se terrent ou prennent simplement conscience de la farce à laquelle ils se prêtent.

Cher président j’adhère totalement à l’intelligence qui consiste à réunir tous les partenaires de la maîtrise d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage autour d’objectifs communs de qualité de réalisation et donc de commande. En démarche conjointe, je crois nécessaire d’appeler au sein de nos propres rangs à plus de respect déontologique donc à plus de respect pour l’architecture toute entière.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    SImplement

    Études réalisées avant le concours, concours pipés…vive la France….
    Signaler un abus
  • - Le
    le monde a été crée en 6 jours , il en faut pas plus pour une étude ! on pourrait se prendre pour un dieu ?
    Signaler un abus
  • - Le

    La vraie raison

    Quand on a ce type de délai, il a fort à parier que les études ont déjà réalisées. C’est un moyen d’éviter la concurrence
    Signaler un abus
  • - Le

    Merci pour ce témoignage,

    c’est bon d’entendre un architecte s’exprimer, et c’est trop rare…
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (4)
    Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X