Culture

L’architecte, la ville et la sécurité

Mots clés : Architecte - Architecture - Rénovation urbaine - Sécurité publique

« L’architecte, la ville et la sécurité », le titre du dernier ouvrage de Paul Landauer résume bien le personnage. Cela fait de nombreuses années que cet architecte planche sur les notions de sécurité dans l’espace urbain. Le thème divise. Lui, invite ses homologues à se saisir de ce chantier à bras le corps.

Son nom est étroitement lié à l’urbanisme sécuritaire. Mais il le vit plutôt bien, même s’il reconnaît que le sujet n’est pas commode. « Il y a en général une démarche idéologique très connotée. La sécurité dans l’architecture et l’aménagement du territoire, c’est ce que l’on n’a pas envie de montrer. Les archis ne veulent pas passer pour des flics » !
Paul Landauer ne possède ni képi, ni voiture banalisée. Mais à en croire les polémiques soulevées par son dernier ouvrage, sorti fin décembre 2009 aux éditions PUF, (« L’architecte, la ville et la sécurité », NB), c’est tout comme ! « Il y a un mythe moderne qui voudrait que l’architecte soit libre et doit rendre libre. Ce n’est pas ma position. Je trouve plus intéressant de chercher à savoir quelle place a pris la sécurité dans les programmes urbains et architecturaux. Et d’apporter des réponses, non pas de fermetures ou de contrôle d’accès, mais d’ouverture ».

Un sujet tabou

L’homme est disert. Armé d’un stylo et d’une feuille blanche, il dessine pour préciser sa pensée. Là, ce qui était une impasse devient une rue passante ; à quelques mètres, un hall d’escalier est « réorienté » afin d’être ouvert sur un parc et donc, sur l’espace public…
L’urbanisme sécuritaire repose sur l’idée qu’il est possible de réduire les délits et les trafics en agissant sur l’aménagement urbain. Mais le sujet fait peur. Et les chantiers sont souvent lourds. Très lourds. Paul Landauer confirme. « L’agence travaille depuis 2003 sur un projet de centre-ville, à Fosses, dans le Val d’Oise ». Un centre-ville qui pour l’instant n’existe pas ! Et où la mairie a trouvé refuge dans un préfabriqué… « Les travaux ne seront pas finis avant 2016. Mais je ne suis pas pressé, je dirais même que ça me plait bien de m’inscrire dans la durée ».
Architecte DPLG et docteur en histoire de l’architecture, c’est en 2002 que Paul Landauer, pour qui « il n’y a pas de différence entre dessiner une place et dessiner un bâtiment », ouvre son agence, dans le 14ème arrondissement de Paris. A 44 ans, l’homme a beaucoup publié. Il anime également de nombreuses conférences et donne des cours à l’Ecole d’architecture, de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée où il enseigne depuis 2007 en tant que maître-assistant. « J’y vais pour apprendre », s’amuse t-il. « Les échanges avec les étudiants m’apportent un autre éclairage, ils obligent à se remettre en cause et à prendre en compte une autre vision du monde ».

Gestion des flux

Lui, n’a aucun problème, à exposer la sienne : « Malheureusement, le débat sur la ville et la sécurité est mal posé. Aujourd’hui, lorsque l’on en parle, on pense fermetures, contrôles, etc. Alors que ce n’est pas vrai ! Prenons les stades et les aéroports. Paradoxalement, ces espaces sont beaucoup plus inquiétants que ce que permettent les systèmes de fermetures ou les points de contrôles. Ils sont plus inquiétants car on ne les perçoit pas comme tels. Or, l’aménagement de ces espaces – qui ne sont pas fait pour le croisement – est redoutable ». Dans la préface de son dernier ouvrage, il conclut : « Conçue à partir des stades et des aéroports, cette formule envahit la ville et y réduit les lieux propices à l’immobilité, ceux-là même qui rendent possible cette fonction urbaine par excellence qu’est la rencontre ». Avouons qu’en matière de discours sécuritaire, il y a pire. Non ?

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X