Qualité/Sécurité

L’AQC publie son rapport annuel et un focus sur la pathologie des sols carrelés

Mots clés : Démarche qualité

En complément de la nouvelle formule de son rapport annuel, « Observatoire de la qualité de la construction », l’AQC publie désormais un document traitant d’un sinistre récurrent. Cette année, focus sur les sols carrelés, qui font partie des ouvrages les plus pathogènes de ces deux dernières décennies.

 

L’Agence qualité construction (AQC) a publié en juin 2017 son premier rapport « Observatoire de la qualité de la construction ». Se substituant au précédent rapport annuel « Sycodès pathologie », il puise ses sources dans les quatre dispositifs d’observation dont dispose l’AQC : le Système de collecte des désordres Sycodès (méthode statistique de recueil de données), le dispositif Alerte (prévention des sinistres sériels), le REX bâtiments performants (identification des désordres émergents liés aux évolutions réglementaires) et Vigirisques (anticipation des risques de désordres futurs).

Si ces quatre dispositifs conduisent chacun à des études et analyses détaillées – pour la plupart disponibles sur le site internet de l’AQC -, le rapport annuel est lui non exhaustif. Il sert notamment à signaler les pathologies les plus importantes et les plus fréquentes, ainsi que leur répartition selon le type d’ouvrage et leur évolution dans le temps. 

 

Les sols carrelés, en tête des sinistres

 

Depuis plusieurs années, les désordres liés aux carrelages (fissuration et décollement) se trouvent dans le trio de tête des sinistres observés, autant dans les maisons individuelles que dans les logements collectifs ou les locaux d’activité. Les récentes statistiques soulignent d’ailleurs une recrudescence de leur apparition. En cause principalement, l’absence ou l’insuffisance de joints, le retrait du mortier qui peut être amplifié par un surdosage en ciment ou un sable trop humide, et l’absence ou l’insuffisance de double encollage. Et l’évolution des tendances et des produits, avec des carreaux de plus en plus grands, des formats lames ou des joints plus étroits, ne va pas dans le sens d’une moindre sinistralité.

L’AQC a donc souhaité mettre l’accent sur ce désordre de grande ampleur et très couteux, en publiant, en complément de son rapport annuel 2017, la communication « Pathologie des sols carrelés ». Disponible gratuitement sur le site de l’AQC, le document donne aux acteurs de la construction un ensemble d’informations sur la sinistralité et les mesures pour y remédier (retours statistiques, coûts de réparation, répartition, données techniques avec photos et schémas, etc.). Parallèlement, dans l’objectif de faire diminuer cette sinistralité, l’AQC met en œuvre divers moyens et actions, en partenariat avec les bureaux de normalisation, la FFB, la Capeb ou le CSTB.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X