Aménagement

L’ANRU victime de son succès

L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) est victime de son succès : 131 projets portant sur 217 quartiers (dont 99 prioritaires) ont été approuvés à ce jour par son comité d’engagement mais 300 dossiers sont en attente et il lui manque quelque 3 milliards d’euros pour les satisfaire.

Lors du lancement du Programme de renouvellement urbain (PNRU), le 1er août 2003, 751 quartiers avaient été recensés dont 189 étaient prioritaires. Ces 189 quartiers prioritaires seront traités, quelle que soit l’époque à laquelle ils seront présentés au Comité d’engagement de l’ANRU, ont assuré à la presse les responsables de l’ANRU.
Au-delà, selon la taille des projets, l’Agence a les moyens d’en traiter entre130 et 150, a indiqué le président de l’ANRU, Jean-Paul Alduy. Pour la suite, il faudra trouver d’autres moyens: les responsables de l’ANRU vont se tourner notamment vers les régions et les départements qui, jusqu’ici, n’ont contribué que modestement aux projets approuvés en comité d’engagement: 5% et 4% respectivement (voir encadré).
Jean-Louis Borloo a indiqué, lors du congrès HLM, que l’Etat allait proroger son action, sans doute de deux ans pour la porter à 10 ans. Entre 2004 et 2011, l’Etat s’est déjà engagé à apporter 4 milliards. Des négociations sont en cours avec le 1%, qui apporte jusqu’ici des fonds à hauteur de l’Etat.

Françoise Vaysse

Focus

Focus

Repères


. Les 131 projets approuvés par le comité d’engagement représentent 15 milliards de travaux dont 4,7 milliards apportés par l’ANRU.
. Sur ce chiffre, 9,6 milliards sont consacrés au logement (61 700 démolitions, 58 700 reconstructions dont la moitié hors des quartiers d’intervention, 112 000 réhabilitations et 124 000 résidentialisations). 2,2 milliards portent sur des actions de désenclavement et d’amélioration des espaces publics, 1,4 milliard sur la rénovation des équipements publics (160 écoles reconstruites ou restructurées, plus de 200 équipements sportifs et culturels rénovés ou crées…) et près de 260 millions sur des équipements commerciaux et artisanaux.
. Les bailleurs apportent 41% des financements, l’ANRU 31%, les villes 8%, les EPCI 5%, les conseils régionaux 5%, les conseils généraux 4%, l’Europe 2% (divers 4%).
Source: ANRU

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X