Paysage

L’année mondiale des légumineuses réveille l’horticulture de France

En écho à l’année internationale des légumineuses décrétée par l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Société nationale d’horticulture de France révélera le potentiel gastronomique et ornemental de ces plantes, le 20 mai dans son siège parisien. Un conte de Charles Nodier lui a donné le titre de son colloque scientifique annuel : « Trésor des fèves & Fleurs des pois ».

Après les roses en 2015, voici l’heure des légumineuses : pour la seconde année consécutive, la Société nationale d’horticulture de France (SNHF) rebondit sur un événement international pour transmettre au plus grand nombre des connaissances scientifiques en même temps que la passion des jardins. En mai 2015 à Lyon, le premier congrès mondial des sociétés de roses accueilli par la France avait inspiré le thème du colloque scientifique annuel.

 

Vertus alimentaires

 

Cette année, la SNHF joint l’utile à l’agréable : « A travers l’année internationale des légumineuses, la FAO veut montrer les qualités alimentaires de ces plantes délaissées », souligne Yvette Dattée, présidente du conseil scientifique de la SNHF. Le 20 mai au cours du colloque, un prix de thèse et un prix de projet récompenseront deux étudiants qui contribuent à démontrer les vertus de ces végétaux : résistance aux maladies fongiques et contribution à la rotation des cultures, source d’économie d’engrais. Ces caractéristiques cimentent une famille qui se distingue par les gousses de fruits ou légumes secs, et qui comprend autant d’arbres que d’herbacées, de l’acacia au haricot. 

 

Déclinaisons régionales

 

Comme l’an dernier, le thème du colloque parisien servira de support aux rencontres régionales qui, dans les mois à venir, diffuseront les messages de la SNHF dans les territoires : « L’ADN de la SNHF s’exprime dans ces journées de conférence et d’échange, les JCE. La diffusion de la connaissance vers le plus grand nombre constitue notre mission fondamentale », s’exalte Dominique Douard, président de la société savante.

 

Horticulture et culture

 

La veille du colloque, l’assemblée générale de la SNHF donnera à cet entrepreneur du paysage languedocien la première occasion de s’exprimer devant ses ouailles : il plaidera pour un doublement du nombre de JCE. Le succès de la récente rencontre de Nancy sur les roses de Lorraine a fixé le nouveau modèle de ces rencontres en trois temps : science, conseils pratiques et culture. « On ne sauvera l’horticulture qu’avec la culture, en s’accrochant à l’histoire des régions », proclame Dominique Douard, déterminé à s’appuyer sur la nouvelle carte administrative de la France pour donner un second souffle à la société reconnue d’utilité publique par décret du 11 août 1855.

 

Hymne au caroubier

 

Le président de la SNHF a revisité sa propre pépinière en découvrant l’importante place qu’y occupent les légumineuses ornementales, au premier rang desquelles il place le caroubier : « Je suis amoureux de cet arbre, de son tronc lisse et tordu comme on les aime, de sa capacité à conserver un vert brillant par 40°C, ce qui crée un contraste fabuleux avec le vert de l’olivier. C’est la plante résistante entre toutes au vent, à la sécheresse et aux maladies », s’émerveille l’entrepreneur. Dominique Douard se plaît à rappeler que le poids constant de la graine du caroubier, soit 0,2 gramme, a justifié le nom de l’unité de mesure empruntée par les diamantaires : le carat. Les diamants sont éternels, tout comme l’horticulture.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X