Logement

L’Anah lance une nouvelle aide à destination des copropriétés

Mots clés : Efficacité énergétique - Gestion immobilière - Politique du logement

L’Agence nationale de l’habitat financera en partie les travaux de rénovation énergétique lancés par les propriétaires, bailleurs ou occupants, des copropriétés fragiles. Et cela, quel que soit leur niveau de ressources. Objectif : aider 30 000 ménages à passer le cap.

En 2017, l’agence nationale de l’habitat (Anah) souhaite accompagner 30.000 copropriétaires dans la rénovation énergétique de leur logement. Pour les aider à passer le cap, l’Agence lance mercredi 1er mars une nouvelle aide. Intitulée « Habiter Mieux Copropriété », elle peut atteindre 5 250 euros par logements pour financer les travaux de rénovation énergétique et 180 euros par logement, dédiés à la prise en charge partielle du financement de l’assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO).

Cette aide est cumulable avec les dispositifs existants (crédit d’impôt transition énergétique, éco-prêt à taux zéro, aides locales, etc.) et elle n’est pas conditionnée aux niveaux de ressources des propriétaires. « Si la copropriété est éligible à cette aide, tous les copropriétaires occupants ou bailleurs en bénéficient, pour leur quote-part, sans conditions de ressources des occupants du logement », indique-t-on à l’Anah.

 

Conditions d’éligibilité de la copropriété

 

Pour être éligible, la copropriété doit avoir été construite avant le 1er juin 2001 (date qui correspond à l’entrée en vigueur de la RT 2000), comporter 75% de lots d’habitation occupées en résidence principale, présenter une étiquette énergétique entre D et G et avoir un budget prévisionnel annuel qui affiche un taux d’impayés de charges compris entre 8% et 25%.

Rappelons qu’en 2017, l’Anah doit financer la rénovation énergétique de 100 000 logements à travers son programme Habiter Mieux. Une tâche ambitieuse au regard des quelque 41 000 ménages financés en 2016 (loin derrière l’objectif d’alors : 70 000 unités). Pour parvenir à atteindre son but, Blanche Guillemot, directrice générale de l’Anah, mise donc sur l’accompagnement d’une nouvelle catégorie de bénéficiaire : les copropriétés fragiles.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X