Economie

L’agrandissement de l’aéroport de Vienne interdit à cause… du réchauffement climatique

Mots clés : Air - Gares, aéroports

La motivation d’un tribunal autrichien est sans précédent à ce jour. La construction et l’exploitation de la piste auraient abouti à une hausse d’environ 2% des émissions nationales de gaz à effet de serre liés aux transports, alors que l’Autriche s’est engagée à diminuer de 2,25% d’ici 2020 l’impact de ce secteur.

 

C’est un jugement qui fera date, « et qui était attendu depuis longtemps par les spécialistes des sciences de l’environnement », selon Erika Wagner, responsable de l’Institut de droit de l’environnement de Linz, dans le nord de l’Autriche.

Dans une décision rendue publique jeudi 9 février, le Tribunal administratif fédéral de Vienne a interdit la construction d’une troisième piste à l’aéroport de Vienne-Schwechat. La raison ? Il a fait valoir que « l’impact en termes d’émissions de CO2 excède les aspects positifs » du projet.

Dans le détail, les juges ont estimé que « l’intérêt public lié à la protection contre les effets négatifs du changement climatique, dû en particulier aux émissions de CO2, est supérieur aux intérêts publics positifs (aménagement du territoire et emploi) attendus de la réalisation du projet ». Les magistrats ont relevé en particulier que la construction de la nouvelle piste aurait contribué de façon « significative aux émissions de gaz à effet de serre de l’Autriche », a souligné le tribunal dans un communiqué.

 

Engagements de l’Autriche

 

Selon des expertises demandées par les juges, la construction et l’exploitation de la piste auraient abouti à une hausse d’environ 2% des émissions nationales de gaz à effet de serre liés aux transports, alors que l’Autriche s’est engagée à diminuer de 2,25% d’ici 2020 l’impact de ce secteur.

Ce jugement a été vivement critiqué par l’aéroport de Vienne, dont le dirigeant Günther Ofner a annoncé ce vendredi un pourvoi auprès de la plus haute cour administrative et, le cas échéant, auprès de la Cour constitutionnelle.

 

« Première fois au monde »

 

« A ma connaissance, c’est la première fois au monde que la protection du climat est invoquée pour interdire un projet concret », a souligné dans un quotidien national l’avocat de l’aéroport, Christian Schmelz. Selon lui « les avions ne voleront pas moins, ils atterriront juste ailleurs ».

Planifié depuis dix ans, le projet d’agrandissement de Vienne-Schwechat vise à anticiper une saturation des structures actuelles en 2025, selon la direction. L’aéroport a accueilli un chiffre record de 23,4 millions de voyageurs en 2016 et table sur une nouvelle hausse de 2% de son trafic passagers en 2017.

Difficile de mesurer encore la portée du jugement, qui se situe potentiellement à l’échelle mondiale, notamment dans les pays engagés dans un programme de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. C’est notamment le cas de la France…

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Aéroport et Réchauffement climatique

    C’est vrai c’est un jugement surprenant….. mais avant tout c’est plutôt rassurant qu’enfin un pays européen prenne les choses sérieusement pour réduire l’impacte des gaz à effets de serre (contrairement à la France). Cela prouve aussi que certains politiques ont le courage de prendre une décision sans précédent et on peut espérer montrer une nouvelle voie plus raisonnable et responsable.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X