Commande publique

L’agglo choisit une PME du département voisin, le BTP local s’indigne

Mots clés : ERP sans hébergement - Etat et collectivités locales - Maîtrise d'ouvrage - Travaux publics

Le chantier de construction de la future auberge de jeunesse de Cahors a provoqué une polémique entre la fédération du bâtiment et des travaux publics du Lot (FBTP 46) et la communauté d’agglomération du Grand Cahors, maître d’ouvrage de l’opération. La FBTP 46 regrette que le gros œuvre ait été confié à une entreprise de Dordogne.

Fin avril, dans le Lot, le monde de la construction était en émoi. L’attribution par l’agglomération du Grand Cahors du lot «gros œuvre» à une entreprise de Dordogne pour l’opération de construction du Centre d’hébergement et d’accueil international (Chai) à Cahors (Lot) est la cause de cette émotion largement relayée par les réseaux sociaux et la presse locale.

Sur son site, la Fédération départementale du bâtiment et des travaux publics du Lot insistait sur l’impact d’une telle décision sur une filière déjà durement touchée par la crise. «Depuis 2008, le BTP lotois a perdu 777 emplois et 210 entreprises. Le montant des marchés publics de bâtiment lancés en 2014 a baissé de 25% pendant que dans le même temps les logements commencés, déjà au plus bas, régressent encore de 33%», est-il ainsi rappelé.

 

Faible activité

 

Pour les protagonistes du dossier, le fond du problème est d’abord la faible activité dans le département rural du Lot. La FBTP 46 est la première à convenir que la prise de conscience de la situation difficile des entreprises du BTP existe chez les...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X