Logement

L’agence toulousaine PPA Architectures imagine une alternative au lotissement

Mots clés : Architecture - Bâtiment d’habitation individuel - Maison individuelle - Urbanisme - aménagement urbain

A Cornebarrieu, au nord-ouest de Toulouse, les 104 maisons imaginées par l’agence toulousaine s’insèrent dans le quartier en construction de Monges-Croix du Sud. Le projet résulte d’une réflexion sur la densité et la qualité de la maison individuelle.

Sur la ZAC Monges Croix du sud à Cornebarrieu, au nord ouest de Toulouse, l’agence d’architecture PPA Architectures, associée à la paysagiste Emma Blanc, a conçu 104 logements avec l’ambition de proposer une alternative au lotissement.

L’opération respecte les principes de l’urbaniste Bruno Fortier, de l’architecte Frédéric Bonnet d’Obras et du paysagiste Michel Desvigne qui ont imaginé une cité-jardin avec un parc central occupant 12 des 57 hectares de la ZAC. S’y adossent les constructions nouvelles qui doivent s’intégrer dans le paysage à partir de plates-formes légèrement rehaussées et traitées en terrasses.

Ainsi, les logements conçus par PPA sont adossés à la forêt et s’ouvrent vers le sud sur un terrain en pente. Pour faire de la contrainte un avantage, les architectes ont imaginé trois ensembles bâtis ou «hameaux» qui suivent les courbes du terrain. Ils sont eux-mêmes décomposés en «unités d’habitation» chacune comprenant cinq logements. «Dans chacune de ces unités, il y a nécessairement différentes typologies: du T2 au T5. Nous avons essayé de répartir au mieux dans la pente les logements et leurs jardins de manière à favoriser l’intimité, l’ensoleillement et l’agrément visuel. Chaque logement dispose ainsi d’un accès à l’extérieur sous forme d’une terrasse et d’un jardin. Seuls les T2 n’ont qu’une terrasse», précise Jean-Manuel Puig, architecte associé chez PPA.

 

«Microquartier méditerranéen»

 

Pour PPA et la paysagiste Emma Blanc, l’enjeu a été de montrer qu’il existe d’autres façons de faire de la maison individuelle. De cette réflexion découle le «microquartier méditerranéen»: «Le côté blanc n’est pas une fin en soi. Cela ne découle pas d’un parti pris esthétisant. Nous voulions gommer tous les archétypes de la maison individuelle, ses clôtures, ses éléments pittoresques… Cela nous a conduits à imaginer ces petits volumes simples», explique l’architecte.

De la réflexion sur une alternative au lotissement traditionnel découle aussi le réseau de cheminements piétons à travers des venelles et des placettes pensé pour être un lieu d’échanges entre les habitants. Totalement dissociée de ce réseau, une petite route à sens unique avec des petites poches de stationnement est accessible aux voitures.

Par ailleurs, pour casser la répétitivité des maisons accolées, PPA a joué sur les courbes de niveau qui font l’implantation et sur la complexité des combinaisons. A partir du T3, qui est toujours de plain-pied et constitue une base de 10×10 m, est posé dessus soit un T2, soit l’étage du T4 ou du T5.

 

Matériaux simples et qualitatifs

 

La superposition perpendiculaire des volumes des étages de ces derniers génère en rez-de-chaussée des terrasses couvertes prolongeant les espaces de vie. Quant aux espaces intérieurs, ils sont peu cloisonnés afin d’optimiser les surfaces et volumes (double hauteur).

Pour réaliser ces maisons qui s’adressent d’abord aux primo-accédants, la maîtrise d’œuvre a préconisé des matériaux simples et qualitatifs: briques de construction, enduit minéral à la chaux, menuiseries en aluminium, revêtements de sols extérieurs en pierre et béton, etc. «Nous avons privilégié les éléments de qualité d’usage mais pas décoratifs», insiste Jean-Manuel Puig.

Sur les 104 logements conçus par PPA, 70 sont aujourd’hui livrés. Répartis dans deux «hameaux», ils se composent de 30 logements sociaux (24 locatifs, 6 PSLA) et de 40 logements libres. Un troisième hameau doit terminer l’îlot. Mais face à la difficulté du marché, le promoteur European Homes réfléchit encore.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: Promologis, European Homes.

Aménageur: Oppidea, Sem d’aménagement de Toulouse métropole.

Urbaniste: Bruno Fortier.

Maîtrise d’œuvre: PPA Architectures, Emma Blanc (paysagiste), Grontmij-BEFS (BET VRD), Soconer (consultant HQE).

Principales entreprises: ETPG (terrassements), Screg (VRD), Moreira (fondations), Constans (charpente bois), Gayrel (menuiseries extérieures), Stefanutti (plâtrerie), Bretonnet (peinture), DSA Midi-Pyrénées (enduits de façades), Jara (serrurerie).

Calendrier: début du chantier, 2013; livraison (première tranche), mars 2015.

Surface habitable totale des 70: 4 300 m2.

Cout travaux/m2: 1 260 euros HT (bâtiment); 1 450 euros HT (bâtiment + VRD).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X