Performance énergétique

L’Ademe finance douze projets d’innovation dans le bâtiment

Mots clés :

Innovations

A l’issue d’un appel à projets de recherche pour soutenir et accélérer l’innovation dans le bâtiment, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie a retenu 12 projets parmi 72 propositions. Ils portent sur des outils, des méthodologies ou des composants innovants.

 

 

 

500 000 logements rénovés chaque année pour réduire la consommation énergétique des bâtiments d’ici 2030 : cet objectif ambitieux du Programme de rénovation énergétique de l’habitat (PREH) nécessite de développer de nouvelles solutions technologiques ou organisationnelles viables économiquement, et sans impacts négatifs sur l’environnement.

Dans le cadre de la Plateforme nationale de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment (Prebat 2), l’Ademe a lancé le 30 septembre 2013 un appel à projets de recherche afin de soutenir et accélérer l’innovation dans le secteur du bâtiment. Parmi les 72 propositions reçues, 12 projets portant sur des outils, des méthodologies ou des composants innovants ont été retenus pour un montant d’environ 2 millions d’euros d’aides.

« Les avancées apportées par ces douze projets permettront de faciliter la généralisation de bâtiments écologiquement, énergétiquement et économiquement performants », annonce l’agence.

 

Itiso


Développement d’une méthodologie pour la rénovation énergétique des immeubles collectifs avec Isolation Thermique par l’Intérieur en Site Occupé

– Projet coordonné par Pouget Consultants ; partenaires : Société Eliez, Benjamin Gauthier.

Le marché de l’isolation thermique par l’intérieur (ITI) dans des logements occupés est aujourd’hui très peu développé en raison de contraintes lourdes en termes d’espace disponible, de coût des travaux et de réduction des nuisances de chantier pour les occupants. C’est pourtant un levier indispensable dans la réussite de la transition énergétique, particulièrement pour les nombreux bâtiments où l’isolation par l’extérieur n’est pas possible en raison de la préservation du patrimoine. Le projet Itiso vise à développer une méthodologie permettant aux entreprises du secteur de la rénovation de réduire les coûts, les gênes et les délais des chantiers ainsi que la perte d’espace habitable générée par l’isolation intérieure. Il permettra également de travailler à la suppression des risques de pathologies. Environ 2,4 millions de logements en immeubles collectifs sont potentiellement concernés par la méthodologie Itiso, soit un potentiel de réduction d’énergie finale de 12,3 TWh.

 


Comanche

COMpresseur thermique gAz Naturel au CO2 et à Haute Efficacité destiné aux pompes à chaleur de moyenne puissance

–  Projet coordonné par GrDF ; partenaires : boostHeat (PME), Crigen (centre de recherche de GDF Suez), LaTEP (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

La pompe à chaleur est l’un des systèmes de production de chaleur, d’eau chaude et de froid les plus prometteurs en termes de performances énergétique et environnementale. Mais le coût d’investissement encore conséquent, ce qui freine sa diffusion. Le projet Comanche porte sur le développement d’un compresseur thermique destiné aux pompes à chaleur pour le logement collectif et les bâtiments tertiaires (existants et neufs). En améliorant leur performance, le compresseur contribuera à la mise sur le marché de pompes à chaleur très efficaces, faciles à installer, et pour un coût compétitif (temps de retour sur investissement similaire à celui d’une chaudière à condensation).

 


Lign2toit


Méthode analytique pour la faisabilité technico-économique d’une surélévation de bâtiments urbains exploitant les procédés industrialisés.

– Projet coordonné par le réseau des centres techniques industriels ; partenaires : Cerib (industrie du béton), FCBA (bois), CTICM (construction métallique), CTMNC (terre cuite et pierre), AdAm (architecte), Pouget Consultants et Cnees (centre national d’expertise de l’enveloppe et la structure).

La densification de l’habitat est considérée comme une piste intéressante pour répondre aux besoins de logements dans les centres urbains. L’une des voies envisagées est la surélévation car elle permet non seulement de créer de nouvelles surfaces habitables, mais aussi de traiter correctement l’isolation de la toiture qui peut représenter jusqu’à 30 % des fuites. Par ailleurs, aux économies directes liées à l’isolation thermique, s’ajoutent, grâce à un toit en pente, une utilisation optimale de l’énergie solaire (thermique et/ou photovoltaïque), l’exploitation de la lumière naturelle et la récupération des eaux pluviales.

Le projet Lign2toit développe pour la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre et l’entreprise un outil d’aide au choix de la meilleure solution technique de surélévation. Il consiste en une grille de diagnostic croisée avec un catalogue de solutions techniques de surélévation.

L’outil sera évalué (énergie, impact environnemental, économique) sur des cas d’étude.


FaHeBa


Estimation du coefficient de transmission thermique des murs à Façades Hétérogènes des Bâtiments Anciens

– Projet coordonné par Alpheeis ; partenaires : Université Paris Est Créteil, Flir Systems, Maisons Paysannes de France.

Le but est de développer une méthode de mesure et d’analyse non invasive permettant d’établir des diagnostics thermiques fiables et rapides sur des bâtiments anciens. La technique de la thermographie infrarouge sera utilisée. Elle consiste à mesurer les pertes de chaleur à l’aide de caméras infrarouges, méthode adaptée notamment à l’exigence de préservation du bâti ancien. Des tests in situ prévus avec Maisons Paysannes de France seront réalisés dans différentes régions (Bretagne, Normandie, Alsace, Ile-de- France) afin de valider la méthode.


Cubair

Confort des Usagers des Bâtiments tertiaires par l’usage de techniques de traitement de l’AIR.

– Projet coordonné par le Centre d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) Ile de France ; partenaires : La TEP (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Air Sur.

Cubair vise à associer deux qualités, jusqu’alors considérées comme antagonistes : la qualité de l’air intérieur qui nécessite notamment un renouvellement de l’air, et la performance énergétique des bâtiments à travers une meilleure étanchéité. Le projet s’intéresse aux systèmes de traitement de l’air et propose de créer un prototype unique intégrant deux techniques d’épuration de l’air émergentes : la biofiltration et la photocatalyse, afin de garantir un confort optimal pour les occupants du bâtiment.

 


CaSIE²


Calculateur Simplifié des Impacts Environnementaux des systèmes d’Equipement.

– Projet coordonné par le CSTB ; partenaires : Codde, Uniclima, Ignes.

Le calculateur développé dans le cadre de ce projet ambitionne d’intégrer le calcul de l’impact environnemental des systèmes d’équipements électroniques, électriques et de génie climatique au sein d’une approche d’analyse du cycle de vie (ACV) du Bâtiment. Le projet vise ainsi à élaborer des données d’impacts pour ces systèmes et à mettre en conformité les outils ACV relatifs aux équipements avec les normes en vigueur (produits et bâtiments). Les travaux doivent en particulier rendre possible l’évaluation des performances environnementales d’un bâtiment dans sa phase de conception.


I3E Rénovation


Elaboration d’une méthodologie d’évaluation d’indicateurs énergétiques, économiques et environnementaux (I3E) pour l’aide à la décision entre différentes solutions de rénovation.

– Projet coordonné par Cycleco ; partenaire : Enertech.

L’équipe de projet souhaite développer un outil d’aide à la décision pour comparer différentes solutions de rénovation en phase d’avant-projet sommaire, sur des critères économiques, énergétiques et environnementaux. Cet outil permettra notamment d’arbitrer entre réhabilitation et rénovation/reconstruction.


Predictair


E valuation d’un module simplifié de prédiction de la qualité de l’air intérieur pour un outil de calcul de la qualité environnementale du bâtiment.

– Projet coordonné par le CSTB, partenaire : Université de La Rochelle.

Il s’agit d’évaluer une méthodologie permettant de calculer la qualité de l’air à l’intérieur d’une pièce à partir des émissions des différents produits de construction et de  décoration utilisés. Cette méthode de calcul simple pourrait ensuite être directement intégrée en tant que module de prédiction de la qualité de l’air intérieur dans un outil de calcul de la qualité environnementale du bâtiment.


Promevent

Amélioration des protocoles de mesures des systèmes de ventilation.

– Projet coordonné par le Cerema, partenaires : Cetiat, Allie’air, Effinergie, Cetii, PBC.

La ventilation de l’air à l’intérieur d’un bâtiment est essentielle pour assurer un air sain et une bonne préservation du bâti. Face à une nouvelle génération de bâtiments, plus économes en énergie mais aussi plus étanches, des systèmes très sophistiqués de ventilation ont émergé permettant de répondre au double enjeu sanitaire et énergétique. Dans ce contexte, la justification des performances de ces systèmes devient incontournable. Le projet Promevent doit permettre d’améliorer et de faciliter la rédaction d’un protocole de diagnostic des installations de ventilation mécanique. Cette dernière mesure assure à la fois une précision suffisante et une faisabilité technique et financière. A terme le projet pourra être proposé à une commission de normalisation sur la ventilation des bâtiments pour devenir une norme ou guide d’application.


ABCDE


Appropriation sociale d’un Bus Continu pour la Distribution de l’Eclairage du bâtiment ; une approche socio-technique.

– Projet coordonné par l’Université de Toulouse III, partenaires : Addenda, EFS, Grand Auch Agglomération.

Il s’agit de concevoir un bus continu pour la distribution de l’éclairage et l’alimentation des ordinateurs d’un bâtiment raccordé à une source d’électricité photovoltaïque. L’enjeu est de faciliter l’utilisation, en autoconsommation, de l’électricité produite par une installation photovoltaïque sur un bâtiment. Le projet pilote permettra d’élaborer un cahier des charges de base pour le déploiement d’un tel système à différentes échelles et sur différents types de bâtiments. Les retours d’expérience seront évalués en termes d’acceptation sociale, de bilans énergétiques, d’impacts environnementaux, de confort de mise en œuvre, thermique et visuel, et de qualité d’usage.


Monolux


Atouts et freins à la diffusion de l’éclairage naturel.

– Projet coordonné par Hexadome, partenaires : SIH, Ecodis, Axter.

L’éclairage naturel présente des avantages en termes de confort visuel et d’économies d’énergie, mais peut aussi être facteur de gênes (éblouissement, chaleur..). Le projet, mené par le syndicat de l’éclairage naturel zénithal, s’intéresse aux critères de décision concernant l’éventuel recours à l’éclairage naturel dans les projets de construction ou de rénovation de bureaux. Grâce à un état des lieux international des freins et motivations des acteurs du bâtiment, complété par une enquête de terrain, l’étude doit permettre de bâtir un  argumentaire visant à sensibiliser aux bienfaits de l’éclairage naturel dans les bâtiments tertiaires et à favoriser sa meilleure prise en compte dans les travaux de rénovation.


Vilote


Vision long terme de la gestion et de l’utilisation du bâtiment, vers un bâtiment responsable.

– Projet coordonné par l’Agence Parisienne du Climat, partenaires : Biomasse Normandie (EIE), Senzo (cabinet de sociologie).

Le projet consiste en une étude socio-économique analysant la façon dont les différents acteurs (propriétaires, usagers et professionnels) prennent en compte le moyen et le long terme du bâtiment. A terme, l’étude menée via des enquêtes qualitatives auprès des différents acteurs permettra de proposer des outils et méthodes permettant d’améliorer la gestion et l’utilisation du bien immobilier, avec une vision favorisant le traitement de l’ensemble des problématiques actuelles ou émergentes : énergie, environnement, qualité de l’air intérieur, acoustique, etc…. Ce projet vise non seulement à favoriser les rénovations, mais aussi à assurer le maintien dans le temps des performances du bâtiment.

 

Un séminaire de restitution et de partage des résultats sera organisé en 2015.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X