Economie

«L’activité frémit, mais ce n’est pas encore la reprise», Jacques Petey (Scop BTP)

Mots clés : Entreprise du BTP - Gouvernement

Pour le président de la Fédération nationale des Scop du BTP, le gouvernement doit aller au-delà des effets d’annonce et prendre rapidement des mesures pour accélérer la relance.

Comment jugez-vous la conjoncture en cette rentrée ?

Jacques Petey : Nous observons quelques frémissements dans l’activité et le climat semble un peu plus favorable qu’en début d’année. Mais il faut rester très prudent car, globalement, l’économie continue à se dégrader. Les effets d’annonce du gouvernement ne suffisent pas, pour l’instant, à provoquer une véritable reprise. Les Scop résistent un peu mieux que les autres entreprises parce qu’elles disposent de fonds propres qui leur permettent de dégager un peu de trésorerie et de préserver l’emploi. Reste que ce trésor de guerre s’épuise petit à petit… Sans une relance rapide et massive de la commande publique et privée nous allons être confrontés à de nouvelles difficultés.

 

Vous êtes inquiet pour 2016 ?

J. P. : La confiance ne se décrète pas. Nous attendons des décisions fortes de la part du gouvernement. Les opérations lourdes, celles qui peuvent ramener de la croissance, sont bien...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X