Entreprises de BTP

L’acousticien lorrain Venathec fait ses emplettes dans toute la France

Mots clés : Bruit - Conception - Métier de la construction

Par deux acquisitions en Ile-de-France et dans le Nord, le bureau d’études de Nancy lance une politique de croissance externe, par laquelle il compte devenir le leader national de l’ingénierie acoustique.

Après Accord Acoustique en Ile-de-France fin 2015, le bureau d’études lorrain Venathec réalise une seconde opération de croissance externe: il a annoncé vendredi 19 févirer l’acquisition de son confrère Acapella basé à Lille.

Les deux rachats répondent à la même logique: devenir propriétaire d’un petit bureau d’études (sept personnes en Ile-de-France, cinq dans le Nord) pour compléter ou renforcer le maillage territorial de la France et devenir rapidement le leader national de l’ingénierie acoustique. Du moins, disputer ce titre au Toulousain Gamba Acoustique, qui a réalisé 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier. Venathec, dont les effectifs sont désormais portés à 61 personnes, annonce un objectif de 5 millions d’euros au 30 juin prochain à l’issue de son exercice en cours.

Atypique dans sa profession, sa politique d’achats est appelée à se poursuivre: «Nous visons 7,5 millions d’euros dans l’ingénierie acoustique en 2019, à l’échéance de notre plan quinquennal de développement», indique Patrice Cornu, président et fondateur du bureau d’études.

 

Onze agences

 

Venathec siège à Vandœuvre-lès-Nancy, dans l’agglomération nancéienne qui l’a vu naître en 1999. Il compte 11 agences commerciales et techniques en France. Acapella vient renforcer sa présence dans le Nord – Pas-de-Calais – Picardie et lui apporte une ouverture transfrontalière, car cette société intervient également en Wallonie.

L’activité de Venathec se répartit en sept pôles: industrie, parcs éoliens, environnement, architecture, aéroport, sonorisation et vibration. Ce dernier a été créé l’an dernier, notamment pour réaliser des expertises lors de travaux routiers et ferroviaires. Le pôle éolien conduit un programme de recherche-développement baptisé «iEar» pour la mesure acoustique et la détection/localisation des sources de bruits à proximité des installations de production de cette énergie.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X