Entreprises de BTP

Kvaerner : les ennuis financiers s’accumulent

Le conglomérat anglo-norvégien Kvaerner (parapétrolier, construction mécanique), actuellement au bord de la faillite, a annoncé lundi une perte nette de 4,2 milliards de couronnes norvégiennes (532 M€) pour le troisième trimestre 2001 contre un bénéfice net de 138 M NOK sur la même période de l’an dernier.

Le chiffre d’affaires a simultanément baissé de 17,5%, à 11,4 mds NOK contre 13,9 mds NOK tandis que le résultat imposable se traduit par une perte de 4,3 mds NOK contre un bénéfice de 138 M NOK à l’issue du troisième trimestre 2000. Menacé de faillite, le groupe emploie quelque 35.000 personnes dans 35 pays à travers le monde.

Les résultats ont été affectés par une série de provisions pour dépréciation d’actifs d’une valeur totale de 3,5 mds NOK (444 M€). Kvaerner a notamment passé une provision de 1,035 md NOK pour couvrir la dépréciation de sa participation de 20% dans la plate-forme off-shore de lancement de fusées Sea Launch.

Une provision de 1,6 md NOK a également été passée pour couvrir la dépréciation de la caisse de pension britannique de Kvaerner, dont le portefeuille d’actions a vu sa valeur fondre de 3,2 mds NOK
Des provisions d’un montant de 896 M NOK ont en outre été passées pour couvrir la dépréciation de chantiers navals opérés par le groupe à Philadelphie (USA) et en Roumanie, celles de deux projets d’investissement ainsi que « quelques incertitudes » dans d’autres secteurs.

Kvaerner a affirmé que les prises de commandes s’étaient élevées à 27,2 mds NOK au cours des neuf premiers mois de l’année, portant à 42,6 mds NOK son carnet de commandes total au terme du troisième trimestre. Ce chiffre traduit un repli de 8,5 mds NOK par rapport au début de l’année, essentiellement en raison d’un infléchissement des commandes dans la construction navale.

Kvaerner, qui a signalé un manque de liquidités à plusieurs reprises ces dernières semaines, devait initialement présenter ses résultats trimestriels le 1er novembre.
La direction du groupe a repris lundi matin une réunion entamée ce week-end pour réfléchir à un plan de sauvetage. La Bourse d’Oslo a au même moment décidé de suspendre la cotation du titre à la demande de la compagnie.

Le deuxième groupe pétrolier russe Yukos, qui est récemment devenu le principal actionnaire de Kvaerner en y prenant une participation de 22%, s’est proposé de venir à la rescousse du groupe anglo-norvégien en injectant, directement ou via des alliés, de nouvelles liquidités et en négociant de nouveaux prêts bancaires ainsi qu’une annulation partielle et un rééchelonnement de la dette.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X