Entreprises de BTP

Jean-Pierre Duport quitte Réseau Ferré de France

Au lendemain de la publication d’un rapport sur l’état du réseau ferré national, le conseil des ministres du 21 septembre a décidé de mettre fin aux fonctions de Jean-Pierre Duport, président du conseil d’administration de Réseau ferré de France (RFF).

Nommé par Gilles de Robien pour succéder à Claude Martinand en 2002 à la tête de RFF, afin de libérer la préfecture de Paris qu’il occupait depuis 1998, Jean-Pierre Duport est certainement le personnage du rail le plus proche de l’univers du bâtiment. Après l’ENA et le Plan, il dirige de 1977 à 1981 le service de l’habitat à la direction de la construction puis jusqu’en 1987 l’architecture au ministère de l’Urbanisme et du logement. Il prend la tête de la Datar en 1989 et de la préfecture de Seine Saint-Denis en 1993. Après un passage au ministre de l’Intérieur en 1997 comme directeur de cabinet il est nommé préfet de Région Ile-de-France et préfet de Paris (hors classe) en juillet 1998.
Il pourrait être remplacé par Michel Boyon (59 ans), ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Raffarin à Matignon d’octobre 2003 à juin 2005 et ancien Pdg de Radio France (1995-1998), a-t-on indiqué de sources proches du dossier.

Les rumeurs de son départ circulaient depuis longtemps dans le milieu ferroviaire, et la remise d’un audit sur les infrastructures a certainement précipité la décision. Ce rapport sur l’état du réseau ferré national français remis le 7 septembre par Robert Rivier et Yves Putallaz de l’Université polytechnique de Lausanne fait un constat sévère sur l’état du réseau.
Commandé par RFF et la SNCF à un groupe d’experts indépendant, il visait à disposer d’un point de vue objectif sur la maintenance (entretien et renouvellement) du réseau ferré national. Les auteurs du rapport estiment que « la France investit sensiblement moins dans la maintenance de son réseau ferré que ne le font la Grande Bretagne, l’Italie, l’Espagne et la Suisse ». Ils relèvent ainsi que « la grave contrepartie de ce processus est un vieillissement très important du réseau classique » et que « les prémisses d’une dégénérescence apparaissent ».
Les auteurs estiment que « la seule manière de garantir la pérennité du réseau classique consiste à investir pour rajeunir ce patrimoine ». Trois scénarios sont présentés, les auteurs préconisant celui permettant d’améliorer l’état du patrimoine existant requerrant une enveloppe à l’horizon 2015 de l’ordre 3,1 milliards d’euros par an.

RFF et SNCF, commanditaires du rapport, doivent présenter des propositions pour élaborer un plan d’actions global 2006 – 2010 destiné à « améliorer progressivement et durablement l’état du réseau ferré national ». Quant au ministère de l’Equipement, il tient à rappeler que « l’Etat a augmenté dès 2004 de 1,1 à 2 milliards d’euros les subventions à RFF », et ajoute qu’il consacrera, dès 2006, 70 millions d’euros supplémentaires grâce à la cession de réserves foncières.

Nommé conseiller d’État en service extraordinaire, Jean-Pierre Duport ne sera pas de cette nouvelle étape du monde ferroviaire. Le ministre de l’Equipement, Dominique Perben, doit maintenant proposer un successeur au sein du conseil d’administration de RFF, une décision qui devra être validée en Conseil des ministres puis soumise au vote du conseil d’administration de l’établissement public.

Maxime Bitter

Focus

Les membres du conseil d'administration de RFF



A – REPRESENTANTS DE L’ETAT
Ministre chargé des transports
Jean-Pierre DUPORT
Président de RFF
Olivier PAUL-DUBOIS-TAINE
Conseiller du Directeur des affaires économiques et internationales
Secrétaire du comité des directeurs des transports
Ministre chargé de l’économie
Edouard VIEILLEFOND
Chef du bureau DA2 (Direction du Trésor)
Ministre chargé du budget
Hugues BIED-CHARRETON
Sous directeur (Direction du Budget)
Ministre chargé de l’aménagement du territoire
Jean-Benoît ALBERTINI
Directeur, adjoint au délégué à l’aménagement du territoire et à l’action régionale
(DATAR)
Ministre chargé des collectivités territoriales
Danierl BARNIER
Sous-Directeur des compétences et des institutions locales
Direction générale des collectivités locales, à compter du 15 octobre 2004

B – PERSONNALITES CHOISIES EN RAISON DE LEUR COMPETENCE
Jean-Claude BERTHOD
Alain BONNAFOUS
Professeur à l’IEP de Lyon
Vice-président du Conseil national des transports
Directeur de l’Institut des sciences de l’Homme
Détenteurs d’un mandat électoral local, en raison de leur connaissance des aspects
régionaux, départementaux ou locaux des questions ferroviaires
François GERBAUD
Sénateur de l’Indre
Maire de Bouges-le-Château
Adrien ZELLER
Président du Conseil régional d’Alsace

C – REPRESENTANTS ELUS PAR LES SALARIES
Carole DEVILLIERS
Direction financière
Joseph GIORDANO
Direction régionale Languedoc Roussillon
Marie SENNERY
Direction du patrimoine
Bernard SULPIS
Secrétariat général
François TAINTURIER
Direction régionale Ile de France
Didier THOMAS
Direction des opérations d’investissement
Commissaire du Gouvernement
Patrick VIEU
Directeur des transports ferroviaires et collectifs
Commissaire du Gouvernement adjoint
Marc PAPINUTTI
Sous-directeur de la sous-direction des infrastructures de transports ferroviaires
et collectifs
Mission de contrôle économique et financier des transports
Alain BRIFFOD
Chef de la mission de contrôle économique et financier des transports

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X